Les Etats-Unis et le Maroc lancent le plus grand exercice militaire en Afrique


Des militaires de plusieurs pays assistent au lancement de l’exercice « African Lion 2022 », à Agadir, le 20 juin 2022. 

Les Etats-Unis et le Maroc, pays hôte, ont lancé lundi 20 juin à Agadir (sud) l’exercice militaire « African Lion 2022 », le plus large sur le continent africain, dans un climat de tension régionale avec l’Algérie voisine.

Ces manœuvres annuelles vont se dérouler jusqu’au 30 juin, essentiellement au Maroc mais aussi en Tunisie, au Sénégal et au Ghana, a indiqué le commandement américain pour l’Afrique (Africom). Elles mobilisent plus de 7 500 soldats originaires de dix nations, dont le Brésil, le Tchad, la France et le Royaume-Uni. Y participent des observateurs militaires en provenance de l’OTAN et d’une quinzaine de « pays partenaires », dont, pour la première fois, Israël.

« African Lion » a notamment pour objectif de « renforcer nos capacités communes de défense pour contrer les menaces transnationales et les organisations extrémistes violentes », a précisé un communiqué d’Africom. De son côté, le numéro deux de l’armée marocaine, le général Belkhir El Farouk, a appelé lundi dans un discours à faire face aux « défis sécuritaires ».

Des tirs d’artillerie à la lisière du Sahara occidental

Au Maroc, ces manœuvres terrestres, aéroportées, aériennes, maritimes et de décontamination NRBC (nucléaire, radiologique, biologique et chimique) auront lieu à Kénitra, près de Rabat, et dans plusieurs régions du sud, notamment à Mahbès, à la frontière algérienne, selon l’état-major des Forces armées royales (FAR).

Comme en 2021, sont prévus des sauts de troupes aéroportées et des tirs d’artillerie dans le désert, à la lisière du Sahara occidental, non loin de Tindouf, base des indépendantistes sahraouis du Front Polisario en Algérie. La question du Sahara occidental, ex-colonie espagnole considérée comme un « territoire non autonome » par l’ONU, oppose depuis des décennies le Maroc au Polisario, soutenu par Alger. Les indépendantistes sahraouis veulent un référendum d’autodétermination, tandis que Rabat promeut une autonomie sous sa souveraineté.

Dans le cadre d’un accord négocié par l’ex-président américain Donald Trump, les Etats-Unis ont reconnu en décembre 2020 la souveraineté du Maroc sur ce vaste territoire désertique, en contrepartie d’une reprise des liens diplomatiques entre le Maroc et Israël. L’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021, accusant Rabat d’« actes hostiles » et dénonçant sa coopération militaire et sécuritaire avec « l’entité sioniste » (Israël).

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess