Les femmes opérées par un chirurgien masculin ont plus de risques de mourir, selon une étude

Une étude a révélé que les femmes opérées par un chirurgien masculin ont plus de risques de mourir, de connaître des complications et d’être réadmises à l’hôpital que lorsqu’une femme pratique l’intervention.

Selon l’étude portant sur 1,3 million de patients, les femmes sont 15 % plus susceptibles de subir un mauvais résultat, et 32 % plus susceptibles de mourir, lorsqu’un homme plutôt qu’une femme pratique l’opération.

Publicité
–>

Les femmes participant à l’étude ont vu leur probabilité de résultats postopératoires positifs diminuer lorsque les chirurgiens qui les ont opérées étaient des hommes.

« Ces résultats sont préoccupants, car il ne devrait pas y avoir de différence entre les sexes dans les résultats des patients, quel que soit le sexe du chirurgien. Lorsqu’une femme chirurgien opère, les résultats des patients sont généralement meilleurs, en particulier pour les femmes, même après ajustement des différences d’état de santé chronique, d’âge et d’autres facteurs, lorsqu’elles subissent les mêmes procédures », a déclaré Angela Jerath, professeur associé et épidémiologiste clinique à l’Université de Toronto au Canada et co-auteur des conclusions, selon The Guardian.

Jerath pense que les différences techniques entre les chirurgiens masculins et féminins étaient peu susceptibles d’expliquer les écarts entre les sexes, et a suggéré que des « préjugés sexuels implicites » de la part de chirurgiens qui « agissent sur des préjugés, des stéréotypes et des attitudes subconscients et profondément ancrés » pourraient expliquer les plus mauvais résultats obtenus par les femmes lorsqu’elles sont opérées par des hommes.

Jerath a ajouté que, selon elle, la manière dont les chirurgiennes prodiguent les soins par rapport aux chirurgiens peut également expliquer la différence de résultats. Les chirurgiennes peuvent avoir des compétences différentes en matière de communication et de relations interpersonnelles lorsqu’elles interagissent avec les patients avant l’opération.

« Avoir plus de femmes chirurgiennes améliorerait les résultats de tous les patients », a déclaré Scarlett McNally, chirurgien orthopédique consultant.

L’étude a également montré que, par rapport aux hommes, les femmes présentent un risque de complications chirurgicales supérieur de 16 %, un risque de réadmission supérieur de 11 % et un risque de séjour prolongé à l’hôpital supérieur de 20 %.

Publicité 2



L’étude a porté sur 1 320 108 patients âgés de 18 ans et plus qui ont subi 21 interventions chirurgicales courantes, électives ou d’urgence, pratiquées par 2 937 chirurgiens en Ontario, au Canada, entre 2007 et 2019.

L’étude a été réalisée en partenariat principal avec le Vanderbilt University Medical Center de Nashville (Tennessee) et le département de chirurgie de l’université de Toronto (Canada), ainsi que d’autres centres de recherche médicale américains et canadiens.

Crédit photo : unilad

via AfrikMag

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess