Les habitants de l’ex-RDA séduits par le vaccin Spoutnik V

Un employé travaille sur un vaccin contre le coronavirus, au Centre national d’épidémiologie et de microbiologie à Moscou, le 6 août 2020.

LETTRE DE BERLIN

Reiner Haseloff, qui briguera en juin un troisième mandat à la tête de la Saxe-Anhalt, ne manque pas une occasion de rappeler qu’une partie des vaccins Pfizer-BioNtech et AstraZeneca produits en Allemagne le sont dans sa région.

Parmi les cinq « nouveaux Länder », expression toujours utilisée pour désigner les territoires autrefois situés en République démocratique allemande (RDA), la Saxe-Anhalt est d’ailleurs le seul à fabriquer des vaccins contre le Covid-19. Les onze autres centres de production du pays, qui en compte treize au total, se trouvent tous dans les Länder de l’Ouest.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Trente ans après la Réunification, une autre Allemagne se lève à l’Est

Interviewé, le 3 mars, par le groupe de presse Funke, Reiner Haseloff s’est de nouveau affiché en responsable politique à l’avant-garde de la campagne vaccinale. « Nous devons faire tout ce qui est possible pour accélérer la vaccination », a-t-il déclaré, exprimant notamment son souhait de voir le vaccin russe Spoutnik V bientôt autorisé dans le pays. Et d’ajouter : « Nous n’avons aucun problème avec Spoutnik V. Enfant, j’ai moi-même été vacciné contre la polio avec un vaccin russe. Je suis prêt à me faire vacciner à tout moment avec le Spoutnik V. »

Tourné vers l’Est

Au moment où plusieurs élus et ministres allemands se relayaient dans les journaux pour vanter l’efficacité du vaccin AstraZeneca, dont on venait d’apprendre que des centaines de milliers de doses n’avaient toujours pas trouvé preneurs, les propos de M. Haseloff ne sont pas passés inaperçus.

Certes, la chancelière allemande, Angela Merkel, avait dit, en janvier, que le Spoutnik V pourrait être utilisé s’il reçoit l’agrément de l’Agence européenne des médicaments (EMA) – ce qui avait été pris par certains presque pour un encouragement dans le contexte de très fortes tensions diplomatiques entre l’Union européenne (UE) et la Russie consécutives à l’affaire Navalny. Pour autant, aucun dirigeant politique allemand de premier plan n’était allé aussi loin que M. Haseloff au sujet de Spoutnik V.

Lire aussi : Spoutnik V, le vaccin qui fait la fierté des Russes et dont l’Europe se méfie

En réalité, les déclarations du chef de l’exécutif régional de Saxe-Anhalt n’ont rien d’étonnant. Bien que membre de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) d’Angela Merkel, Reiner Haseloff s’est souvent permis de critiquer la politique étrangère de la chancelière quand celle-ci, à ses yeux, était trop sévère vis-à-vis de Moscou.

Ces dernières années, il s’est prononcé à plusieurs reprises pour la levée des sanctions mises en place en 2014 contre la Russie après l’annexion de la Crimée, pour le retour de Vladimir Poutine aux réunions du G7, ou encore pour l’achèvement du gazoduc Nord Stream 2. Partagées par l’ensemble des ministres-présidents des Länder de l’ex-RDA, quelle que soit leur appartenance politique, ces positions sont venues rappeler que, trente ans après la réunification, une partie de l’Allemagne continue d’être tournée vers l’Est, et que la chute du mur de Berlin n’a pas fait s’effondrer tous les repères issus de la guerre froide.

Il vous reste 50.23% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess