Les photos de nus d’un acteur de Bollywood mettent l’Inde en émoi


Photographie tirée d’une série de portraits de nus de l’acteur Ranveer Singh, publiée dans le trimestriel new-yorkais « Paper Magazine », le 22 juillet 2022.

La moitié du visage dans l’ombre, Ranveer Singh, l’une des célébrités de Bollywood les plus en vue, fixe l’appareil photo. Son regard profond accroche le spectateur. Assis sur un tapis, entièrement nu, son corps se dessine sur un fond gris, sans jamais dévoiler son sexe. Sur un autre cliché, l’acteur s’abandonne et se montre, allongé sur le ventre, les yeux toujours rivés sur l’objectif. S’ensuit une série dans laquelle il prend la pose, en sous-vêtements cette fois-ci, sa chevelure noire en cascade, rappelant l’esthétique de la statuaire grecque.

Ces photographies, parues dans le trimestriel new-yorkais Paper Magazine et publiées sur le compte Instagram de la star, le 22 juillet, ont provoqué une avalanche de réactions, de l’éloge à l’indignation en passant par la moquerie. La police de Mumbai a même ouvert une enquête, le 26 juillet, pour obscénité et atteinte à la pudeur des femmes – des articles de loi datant de l’ère victorienne – après le dépôt de deux plaintes, l’une par une ONG peu connue, Shyam Mangaram Foundation, et l’autre par Vedika Chaubey, une avocate.

Depuis cette publication, les Indiens n’en finissent plus de tourner en dérision les images de la flamboyante célébrité. La Création d’Adam, la célèbre fresque de Michel-Ange peinte au plafond de la chapelle Sixtine du Vatican, a ainsi été détournée par les internautes pour représenter Ranveer Singh en lieu et place du personnage biblique.

D’autres encore se sont amusés à recouvrir la silhouette de l’époux de Deepika Padukone, la célèbre actrice indienne et membre du jury de la 75e édition du Festival de Cannes, d’objets divers et variés : un plaid, un scooter, des légumes… Dans le centre du pays, des habitants ont même organisé une collecte de vêtements pour la star.

Cinquante ans après Burt Reynolds

Les nus de Ranveer Singh sont un hommage à l’acteur américain Burt Reynolds. Le sex-symbol des années 1970 avait lui aussi posé dévêtu, dans le numéro d’avril 1972 de Cosmopolitan. A l’époque, la série de photos, conceptualisée par Helen Gurley Brown, la rédactrice en chef du magazine, visait à renverser les regards en faisant poser un homme nu pour des lectrices et à marquer ainsi « une étape importante dans la révolution sexuelle ».

Cinquante ans plus tard, le styliste et directeur artistique Kshitij Kankaria a imaginé, fin 2021, mettre en scène Ranveer Singh de la même manière, parce qu’il « est quelqu’un qui excelle dans son domaine et qui fait des choix farfelus en matière de style », a-t-il déclaré à Brut India.

Il vous reste 53.77% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess