L’Espagne veut mener le débat sur un allègement du suivi de la pandémie

Dans un métro à Barcelone, le 12 janvier 2022.

Est-il temps d’en finir avec l’actuel système de surveillance de la pandémie, qui s’appuie sur des tests systématiques, le traçage et l’isolement des cas, y compris asymptomatiques ? En Espagne, malgré la virulence de la nouvelle vague provoquée par le variant Omicron, le débat a été lancé par le chef du gouvernement lui-même. Lundi 10 janvier, interrogé sur la radio Cadena Ser, le socialiste Pedro Sanchez a confirmé que le gouvernement « travaille depuis des mois » sur la nécessité de « répondre avec de nouveaux instruments » à « l’évolution du Covid-19, de la pandémie que nous avons connue vers une maladie endémique ».

Lire nos explications : Article réservé à nos abonnés Ce que l’on sait à ce stade du variant Omicron

Le matin même, le quotidien El Pais avait révélé que les autorités sanitaires espagnoles – le Centre de coordination des alertes et urgences sanitaires, le bureau des alertes et le Centre national d’épidémiologie – préparent un nouveau modèle de surveillance de l’épidémie visant à traiter le Covid-19 comme une maladie respiratoire aiguë de plus, en appliquant une méthode similaire à celle utilisée pour le suivi de la grippe. Il s’agirait de ne plus compter les cas ni de faire des tests au moindre symptôme, mais de passer à un système de « sentinelles », s’appuyant sur un échantillon de médecins, de centres de santé et d’hôpitaux chargés de fournir des données statistiques extrapolables sur l’ensemble du pays, de manière à suivre l’expansion de la maladie.

« Promouvoir ce débat auprès des partenaires européens »

« C’est un débat que nous essayons d’ouvrir à l’échelle européenne, a précisé M. Sanchez, soulignant que la ministre espagnole de la santé, Carolina Darias, en a parlé avec plusieurs de ses homologues européens. La science nous a donné des réponses pour nous protéger et nous voyons que le taux de létalité [du Covid-19] n’est plus ce qu’il était (…). Par conséquent, nous réunissons les conditions pour que, avec précaution, peu à peu, nous puissions ouvrir ce débat, à un niveau technique, avec les professionnels de santé, mais aussi au niveau européen, afin que nous commencions à suivre avec des paramètres différents l’évolution de cette maladie. »

Aucune date n’est officiellement envisagée, notamment car l’Espagne se doit de respecter ses engagements internationaux en matière de notification des cas – le Centre européen de contrôle des maladies et l’Organisation mondiale de la santé demandent aux Etats de décompter de façon exhaustive les cas positifs. Cependant, mercredi 12 janvier, Carolina Darias a précisé que le gouvernement « commencera à évaluer l’adaptation à un nouveau système de surveillance et de contrôle du Covid-19 une fois passée la vague actuelle ».

Il vous reste 50.94% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess