L’état d’urgence déclaré au Sri Lanka, en pleine crise économique et politique

« Le régime de Gotabaya Rajapaksa est corrompu », lance Osha De Silva, dans le cortège des manifestants, lundi 9 mai. Cette employée dans l’industrie hôtelière constate amèrement que cette corruption, qu’elle dénonce, prive ses concitoyens « des établissements de santé basiques ».

Depuis plusieurs mois, le Sri Lanka est en proie à une crise économique liée, notamment, à l’effondrement du tourisme causé par la pandémie de Covid-19. Cette crise est devenue politique au printemps, avec l’appel à la démission du premier ministre sri-lankais, Mahandi Rajapaksa, obtenue le 9 mai. Une partie des opposants au pouvoir en place appellent désormais au départ du président sri-lankais, Gotabaya Rajapaksa, frère du chef du gouvernement déchu.

Huit personnes ont été tuées dans des affrontements entre partisans du pouvoir en place et opposants, selon un bilan dressé mercredi 11 mai. Plus de 200 blessés ont été recensés. Le chef de l’opposition, Rajith Premasada, qualifie ces heurts « de terrorisme d’Etat ».

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess