« L’Europe doit changer, en plaçant les régions et les villes au centre de ses préoccupations »

L’invasion brutale de l’Ukraine a rappelé aux vingt-sept Etats membres de l’Union européenne [UE] qu’en dépit de leurs différences ils sont étroitement liés par leur engagement en faveur de la paix, de valeurs fondamentales communes, de la démocratie et de la solidarité. Toutefois, l’Union européenne ne bénéficie que d’une faible confiance de la part du grand public.

Ainsi, si les résultats de la récente élection présidentielle en France ont procuré quelque soulagement, il ne convient pas de s’en réjouir puisque l’extrême droite y a recueilli 41 % des suffrages exprimés. A l’occasion de la Journée de l’Europe, après une année de débats dans le cadre de la conférence sur l’avenir de l’Europe, il est temps de réfléchir en toute honnêteté à la manière de réformer le mode de fonctionnement de l’Union européenne, de manière à en accroître l’efficacité et à la rapprocher des citoyens qu’elle sert.

La pandémie et la réponse humanitaire à la guerre en Ukraine ont montré combien l’Union européenne est tributaire, en des périodes de crise, de ses régions, de ses villes et de ses villages. En Ukraine, des maires courageux se battent aux côtés de leurs concitoyens, tandis qu’en Pologne, en Roumanie et en Hongrie les régions frontalières fournissent de l’aide et un abri à la grande majorité des plus de 5 millions de réfugiés ukrainiens.

Urgence climatique

Dans toute l’Union européenne, répondant à l’appel du Sud pour l’Ukraine, lancé le 3 mars depuis Marseille par Régions de France et le Comité européen des régions, des villes et des régions collectent des denrées alimentaires, des médicaments et des fournitures de premiers secours pour les envoyer en Ukraine.

Les collectivités locales et régionales de l’Union européenne aident aussi des millions de réfugiés ukrainiens d’autres manières, en leur permettant d’accéder au marché de l’emploi, au logement, à l’éducation et à différents services sociaux. L’Union européenne a été prompte à soutenir ces collectivités locales et régionales en les autorisant à utiliser les fonds non dépensés pour les aider à affronter cette nouvelle situation d’urgence. La Commission européenne a mobilisé la politique de cohésion de l’Union pour soutenir les régions qui accueillent des réfugiés. Jamais la nécessité de la cohésion ne s’était fait autant sentir, à la fois en tant qu’investissement et en tant que valeur.

La guerre en Ukraine met aussi à rude épreuve la sécurité énergétique de l’Union et accroît la pauvreté énergétique qui frappe déjà plus de 30 millions d’Européens. La décision d’acheter auprès de la Russie du gaz et du pétrole pour maintenir la stabilité se solde par un échec. Alors que les citoyens et tout spécialement les jeunes s’inquiètent de l’urgence climatique, il est impossible de revenir aux carburants fossiles.

Il vous reste 66.14% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess