L’Iran impute à Israël un « acte de terrorisme » sur son site nucléaire de Natanz

Un acte de sabotage a occasionné une panne électrique à l’usine d’enrichissement d’uranium du complexe nucléaire de Natanz (centre), dimanche 11 avril dans la matinée, ont annoncé les autorités iraniennes, qui ont imputé cet acte de « terrorisme antinucléaire » à Israël. « Avec cette action, le régime sioniste a bien sûr essayé de se venger du peuple iranien pour la patience et la sagesse dont il a fait preuve [en attendant] la levée des sanctions » américaines, a ainsi déclaré le porte-parole iranien des affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, lors d’une conférence de presse à Téhéran, lundi. M. Khatibzadeh a ainsi accusé Israël de vouloir saborder les discussions en cours à Vienne entre Téhéran et Washington pour ressusciter l’accord sur le nucléaire iranien de 2015.

Le directeur de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi, avait appelé dimanche la communauté internationale et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à « faire face à ce terrorisme antinucléaire », sans fournir de détails sur la nature de l’attaque – qu’il a qualifiée de « futile » – ni sur l’ampleur des dégâts occasionnés. Lundi, le porte-parole de la diplomatie iranienne a estimé qu’il est encore « trop tôt » pour déterminer les dommages matériels causés par l’attaque. « Il faut inspecter chacune des centrifugeuses pour donner un bilan des dégâts », a déclaré Saïd Khatibzadeh. « Si [l’attaque] visait à limiter la capacité nucléaire de l’Iran, je dirais en revanche, que toutes les centrifugeuses qui [ont été endommagées] étaient du type IR-1 », c’est-à-dire de « première génération », a-t-il ajouté, promettant que « la réponse de l’Iran sera la vengeance contre le régime sioniste au moment et à l’endroit opportun ».

Plusieurs mois pour remettre en route

Des médias israéliens et américains affirment que l’attaque a été menée par le Mossad et pourrait avoir causé d’importants dégâts. Selon la chaîne de télévision publique israélienne, qui cite des sources du renseignement, il s’agirait d’une cyberattaque menée par le Mossad. La chaîne israélienne 13 décrit, elle, une charge explosive placée directement sur le site ; son expert militaire, Alon Ben David, citant des sources occidentales, affirme que l’attaque « fait perdre à l’Iran sa capacité d’enrichir de l’uranium dans cette installation, qui contient environ 7 000 centrifugeuses ».

Il vous reste 66.43% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Irlande du Nord : des mensonges à la violence

Next Post

« La création d’un impôt minimum mondial sur les entreprises est une occasion historique qu’il ne faut pas gâcher »

Related Posts