Littérature, musique, la dérussification en marche à Kiev


Un musicien ukrainien joue de l’accordéon sur la promenade le long de la mer Noire, à Odessa, en Ukraine, le 31 mai 2022.

Après la « décommunisation », la « dérussification ». Les députés de la Verkhrovna Rada, le Parlement ukrainien, ont voté dimanche 19 juin à la majorité, sans votes contre, pour un paquet de lois visant à limiter drastiquement la diffusion de la langue russe et des productions littéraires ou musicales de citoyens de la Fédération de Russie dans le pays. Les propositions de lois ont été transmises au président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Il dispose désormais de quinze jours pour les signer ou renoncer à les rendre effectives.

Si une partie des citoyens ukrainiens ressentent une attache historique à la Russie et utilisent la langue russe dans la vie de tous les jours, l’invasion de l’Ukraine a conduit de nombreux Ukrainiens à prendre leurs distances avec la culture du pays voisin.

Parmi les différents textes votés dimanche, l’un d’entre eux vise à interdire l’importation de livres provenant des territoires russes et biélorusses. Depuis le début de la guerre lancée par Vladimir Poutine le 24 février, la Biélorussie du président Alexandre Loukachenko sert de base arrière stratégique pour l’armée russe. Dans les premiers jours de l’invasion, des troupes du Kremlin étaient même parties de ce territoire pour tenter de s’emparer de la capitale ukrainienne, Kiev.

Pouchkine ou Tolstoï autorisés

Le texte adopté par les élus interdit aussi la vente de livres publiés en Russie depuis la dissolution de l’Union soviétique, en 1991, ainsi que les écrits contemporains de citoyens de la Fédération de Russie. En revanche, les œuvres d’auteurs russes décédés, comme Pouchkine ou Tolstoï, publiés depuis des années en Ukraine, ne seront pas interdits à la vente. « Il sera possible d’importer des livres en langue russe, depuis la Lituanie par exemple, mais pour cela il faudra recevoir une autorisation spéciale du comité d’Etat pour la télévision et la radiodiffusion [un organisme officiel dont les prérogatives ont été renforcées en 2016 pour lutter contre la propagande russe], explique Taras Shamayda, un activiste défenseur de l’identité ukrainienne, qui a travaillé sur les propositions de loi. Pour les importer, il faudra attendre que le comité lise les livres et décide s’il s’agit de propagande russe, ou non. »

Selon les textes proposés, les librairies ukrainiennes ont jusqu’au 1er janvier 2023 pour vendre les productions littéraires d’auteurs de nationalité russe publiés après 1991. Au-delà de cette date, la vente sera interdite. « Il faut comprendre qu’il n’y a pas que Poutine qui a déclenché cette guerre, les citoyens russes soutiennent aussi l’invasion, affirme Taras Shamayda. Tout ce qui est connecté à la propagande russe doit être interdit. »

Il vous reste 47.04% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess