L’opérateur Eutelsat coupe la diffusion d’une quatrième chaîne de télévision russe, sur demande de l’Arcom

Après les fermetures de RT, en mars, puis de RTR Planeta et de Rossia 24, en juin, Eutelsat doit couper la diffusion d’une nouvelle chaîne de télévision russe. L’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) a mis en demeure, ce mercredi 3 août, l’opérateur français de satellites afin qu’il cesse la diffusion en Europe de NTV Mir, la version internationale de la chaîne NTV, à destination de la diaspora russe en Europe et en Amérique du Nord. NTV Mir est diffusée en Europe par le satellite Hotbird 13C d’Eutelsat. Le groupe de télévision NTV appartient au géant gazier russe Gazprom.

L’Arcom, sur le fondement de différentes émissions diffusées en avril, reproche à NTV Mir des propos incitant à la haine ou à la violence. « NTV Mir tend à présenter de manière répétée non seulement les dirigeants ukrainiens et l’armée ukrainienne, mais encore et surtout la population ukrainienne comme adhérent à l’idéologie nazie du IIIe Reich et représentant une extrême dangerosité », explique l’autorité, pour laquelle « ces propos véhiculent une image particulièrement inquiétante et menaçante de la population ukrainienne dans son ensemble, de nature à inciter à la haine à son égard ».

Politique de neutralité

L’Arcom sanctionne également « plusieurs allégations graves et sans fondement, nourrissant les ressorts de la propagande russe » et « diffusées afin notamment de légitimer la guerre en Ukraine ». Eutelsat a annoncé, mercredi en fin de matinée, avoir immédiatement mis en œuvre la demande de l’Arcom, « en lien avec le distributeur qui détient le contrat avec cette chaîne ». André Lange, l’un des deux cofondateurs du Comité Denis Diderot, une organisation créée en mars pour lutter contre la propagande russe, se félicite de la décision de l’Arcom, mais il la juge « marginale » au regard de la faible audience de NTV Mir.

Le comité veut aller plus loin. Il prépare un dossier de signalement des chaînes Rossia 1, Pervy Kanal et NTV à l’Arcom, et il demande toujours la fermeture par Eutelsat de la diffusion des bouquets NTV-Plus et Tricolor. Rejoint dans son action par l’ONG Reporters sans frontières, le comité a saisi le ministère de l’économie français. Mais celui-ci défend la politique de neutralité d’Eutelsat. Ce dernier craint qu’une rupture de sa neutralité ouvre la voie à de multiples demandes d’intervention ne répondant pas au cadre réglementaire auquel il est soumis, en France et en Europe.

Le 18 juillet, Dmytro Kuleba, le ministre des affaires étrangères ukrainien, avait plaidé devant le Conseil des affaires étrangères de l’Union européenne pour que « toutes les chaînes de télévision russes soient interdites des réseaux européens du câble et du satellite ». « Il ne s’agit pas de la liberté de la parole, mais de priver la Russie d’outils pour répandre la désinformation et la propagande d’Etat », avait-il argué. Aucune mesure de ce type ne figure dans le paquet de nouvelles sanctions adopté à l’issue de cette réunion.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess