L’université de Saclay profite à fond de « l’effet Shanghaï »

Devant Parcoursup, Jean-Nicolas a hésité. A l’origine, ce lycéen dijonnais envisageait une classe préparatoire aux écoles d’ingénieurs. Attiré aussi par le monde de la recherche, il ajoute la licence de mathématiques et physique de l’université Paris-Saclay à sa liste de vœux. « Mes professeurs m’ont recommandé d’aller plutôt en prépa, mais l’immersion dans le monde de la recherche, avec des stages dans des laboratoires, et le fait que Saclay soit un pôle scientifique important m’ont convaincu », explique aujourd’hui l’étudiant en première année de cette licence, bac mention très bien en poche.

Est-ce un effet du classement de Shanghaï ? L’université de Saclay, arrivée 13e cette année dans ce classement international, a, en tout cas, vu son attractivité augmenter sensiblement auprès des lycéens. Notamment pour certains de ses cursus double diplôme, considérés comme des alternatives aux classes préparatoires.

Ainsi, le nombre de candidatures sur les douze licences double diplôme (physique-chimie, Staps-sciences de l’ingénieur, ou encore informatique et mathématiques) est passé de 8 667 vœux en 2020 sur Parcoursup à 14 639 en 2021, pour 505 places. « A la rentrée dernière, nous avons fait le plein partout, avec des taux de pression en hausse pour nos formations sélectives », constate Isabelle Demachy, vice-présidente chargée de la formation, de l’innovation pédagogique et de la vie étudiante de l’université Paris-Saclay.

Qu’est-ce qu’une licence double diplôme ? Il s’agit d’un cursus pluridisciplinaire, permettant d’obtenir à la fois une licence en bonne et due forme et un DU, diplôme universitaire, pour un total de 240 ECTS (contre 180 pour une licence normale), en se spécialisant dans au moins deux disciplines. Ludérik a, par exemple, choisi la licence double diplôme de mathématiques et informatique. Hésitant avec une classe préparatoire, il a finalement opté pour Saclay : « J’ai aimé l’idée de ne pas me restreindre à un seul domaine directement. Il m’a semblé que les programmes bidisciplinaires seraient plus prestigieux que des licences classiques, et qu’il serait plus facile d’intégrer un master par la suite, ou bien une école. » Autre critère important à mentionner : ces licences sont officiellement sélectives.

92 % de mention très bien

La licence de mathématiques, physique et sciences de l’ingénieur fait partie des cursus les plus demandés à l’université de Saclay. En 2021, elle comptait 3 350 candidatures, contre 2 000 l’année précédente. Et si l’on remonte à 2017, avant la création officielle de l’université Paris-Saclay, à l’époque encore Paris-Sud, elle en comptait moins de 1 000. « Plus la renommée de l’université grandit, plus le nombre de candidatures augmente, et plus le niveau monte. Dans cette licence, en 2020, nous comptions 68 % de mentions très bien. Parmi la dernière promotion recrutée en 2021, ils étaient 92 % », relève Nicolas Burq, enseignant-chercheur responsable du cursus. La sélectivité est assurée.

Il vous reste 47.05% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess