Macky Sall appelé à débloquer l’indemnisation des victimes de l’ex-dictateur tchadien Hissène Habré

Le président sénégalais, Macky Sall, à Berlin, le 27 août 2021.

Lundi 3 janvier, des défenseurs des droits ont pressé le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, de mettre à profit la présidence de l’Union africaine (UA) qu’il s’apprête à assumer pour débloquer l’indemnisation de milliers de victimes de l’ex-dictateur tchadien Hissène Habré. « Aucune victime n’a reçu à ce jour un seul centime », a déclaré devant la presse Me Assane Dioma Ndiaye, coordonnateur sénégalais des avocats des victimes d’Hissène Habré lors du procès de 2015-2016 à Dakar contre l’ancien président tchadien, décédé en 2021.

« Monsieur Macky Sall a un second rendez-vous avec l’histoire », a dit Me Ndiaye aux côtés des représentants d’organisations de la société civile et de défense des droits humains. Selon lui, après avoir accédé à la présidence en avril 2012 et mis fin aux résistances de son pays à la tenue du procès d’Hissène Habré sur le territoire sénégalais, M. Sall doit faire en sorte que les victimes soient indemnisées pendant cette année où il exercera la présidence tournante de l’UA.

Lire aussi « Cinq ans après la condamnation d’Hissène Habré, les survivants et les familles des victimes n’ont toujours pas reçu le moindre centime »

Hissène Habré, qui a dirigé le Tchad d’une main de fer de 1982 à 1990 et qui avait trouvé refuge au Sénégal après avoir été chassé du pouvoir, y avait été arrêté, inculpé et jugé par un tribunal spécial sous l’égide de l’UA. Il avait été déclaré coupable de crimes contre l’humanité, viols, exécutions, esclavage et enlèvements, et condamné le 30 mai 2016 à la prison à vie à l’issue d’un procès sans précédent. Hissène Habré a purgé sa peine au Sénégal, où il a succombé au Covid-19 en août 2021, à l’âge de 79 ans, et où il a été inhumé.

Des victimes mortes sans rien toucher

Une commission d’enquête tchadienne a chiffré à 40 000 morts le nombre des victimes de la répression sous le régime Habré. Près de 8 000 parties civiles attendent des indemnités, dont la somme totale s’élève à 82 milliards de francs CFA (125 millions d’euros), ont dit les défenseurs des droits. Le tribunal qui avait confirmé la condamnation d’Hissène Habré en 2017 avait mandaté un fonds pour dédommager les victimes à partir des biens de l’ancien dirigeant et de contributions volontaires. Mais ce fonds n’est toujours pas opérationnel alors que beaucoup de victimes sont mortes sans rien toucher.

Lire aussi Hissène Habré sera inhumé au Sénégal

« Il n’y a jamais eu de volonté politique de la part de l’UA », a fustigé Me Ndiaye : « S’il y a du retard, c’est seulement parce que les anciens présidents de l’UA qui se sont succédé n’ont pas posé les actes » qui auraient permis à ce fonds d’opérer.

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du Monde Afrique depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du Monde Afrique.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess