Mort d’Ahmaud Arbery aux Etats-Unis : une procureure inculpée pour manquement à son devoir

Une procureure de l’Etat américain de Georgie a été inculpée, jeudi 2 septembre, pour violation de son serment d’impartialité en tant que magistrate dans l’enquête sur la mort d’un joggeur noir lors d’une altercation avec trois hommes blancs en 2020. Des poursuites qui restent très rares dans les institutions judiciaires américaines.

Jackie Johnson, ancienne procureure du comté de Glynn (est de l’Etat) est poursuivie pour avoir fait entrave à l’enquête sur la mort d’Ahmaud Arbery en empêchant notamment l’arrestation de l’un des suspects du meurtre.

Lire aussi Mort d’Ahmaud Arbery aux Etats-Unis : trois hommes formellement inculpés pour meurtre

« Nos services s’engagent à garantir que ceux à qui on confie la tâche de servir font leur devoir de manière éthique et honnête », a affirmé le ministre de la justice de Georgie, Chris Carr, qui avait demandé l’ouverture d’une enquête sur Mme Johnson.

L’enquête a démarré quand la vidéo fut diffusée

Ahmaud Arbery, 25 ans, avait été abattu le 23 février 2020, alors qu’il courait dans un quartier résidentiel de Brunswick, pourchassé par trois hommes qui ont ensuite assuré l’avoir pris pour un cambrioleur actif dans les environs. L’auteur des coups de feu, Travis McMichael, 35 ans, son père Gregory, 65 ans, et William Bryan, 51 ans, qui s’étaient joints à la poursuite, sont accusés de crime raciste par la justice de Georgie et doivent être jugés à partir du 18 octobre. Ils plaident non-coupable.

Selon l’acte d’accusation, Mme Johnson, qui nie tout manquement, aurait « montré des faveurs et de l’affection » envers Gregory McMichael, qui avait travaillé pendant des années comme enquêteur pour ses services, et ordonné aux policiers chargés des investigations de ne pas arrêter Travis McMichael.

Pendant plus de deux mois, la police locale n’a procédé à aucune interpellation et il a fallu la diffusion d’une vidéo du drame, relayée massivement sur les réseaux sociaux début mai 2020, pour que l’enquête démarre véritablement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi De George Floyd à Jacob Blake, les familles des victimes en première ligne

Les poursuites qui visent Mme Johnson s’inscrivent dans le contexte de dénonciation du racisme qui a secoué les Etats-Unis après la mort de George Floyd, un Afro-Américain tué par un policier blanc en mai 2020. L’agent Derek Chauvin, auteur du meurtre de M. Floyd, a été condamné en juin 2021 à 22 ans et demi de prison en juin, une sentence lourde qui reflète l’impact du drame alors qu’avant lui, seule une dizaine de policiers américains avaient écopé de peine de prison pour des meurtres commis dans l’exercice de leurs fonctions.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess