Mort d’Ayman Al-Zawahiri : qu’est-ce que le missile Hellfire R9X que les Américains sont susceptibles d’avoir utilisé ?


De la fumée est visible, le 31 juillet 2022, au-dessus de la maison d’Ayman Al-Zawahiri, dans le quartier de Sherpur, à Kaboul.

Après l’annonce de la mort du numéro un d’Al-Qaida, Ayman Al-Zawahiri, par le président américain, lundi 1er août, les informations concernant l’arme utilisée divergent ou, pour le moins, restent floues.

Joe Biden a évoqué une frappe de drone dans son court discours depuis la Maison Blanche. Un responsable américain a précisé à la presse, sous couvert d’anonymat, que ledit drone avait largué deux missiles Hellfire et qu’aucune présence militaire américaine au sol n’avait été nécessaire. Kaboul a, de son côté, démenti dans un premier temps une frappe de drone, évoquant une « roquette » qui avait touché « une maison vide », avant de reconnaître mardi matin qu’une « attaque aérienne » avait été menée par des « drones américains ».

Pas de traces d’explosion sur le bâtiment visé ni de victimes collatérales, alors que la famille du chef d’Al-Qaida était présente dans la maison. Autant d’indices qui pointent vers l’utilisation d’un missile secret, qui aurait été impliqué dans d’autres assassinats ciblés de leaders extrémistes mais dont le Pentagone n’a jamais confirmé l’utilisation.

Quels indices après la frappe américaine ?

Ayman Al-Zawahiri a été tué dans la nuit de samedi à dimanche lorsque deux missiles ont frappé une maison à Kaboul. L’habitation de trois étages est située à Sherpur, un quartier aisé de la capitale afghane, où plusieurs villas sont occupées par des responsables et des commandants talibans de haut rang.

Le chef d’Al-Qaida avait été repéré « à de multiples reprises et pour de longues durées sur le balcon où il a finalement été touché » par la frappe, a ajouté le responsable américain. Le bâtiment ne porte pas de traces d’explosion et personne n’a été blessé dans l’opération, selon les responsables américains.

Des membres de sa famille étaient présents dans la maison mais « n’ont délibérément pas été ciblés et n’ont pas été blessés », a-t-on ajouté. Des photos montrent des fenêtres soufflées sur un étage, mais le reste du bâtiment, dont les fenêtres aux autres étages, est toujours en place.

Qu’est-ce qu’un missile Hellfire R9X ?

Si les responsables américains ont bien évoqué l’utilisation de « missiles Hellfire », ces derniers – Hellfire AGM-114 précisément – sont connus pour leurs puissantes explosions et, souvent, les dommages collatéraux qu’ils engendraient. Les indices laissés après la frappe américaine sur la maison d’Ayman Al-Zawahiri laissent donc penser, comme le souligne dans un tweet un ancien journaliste d’investigation américain, Jay Hancock, que la CIA a fait usage d’un autre type de missile, dérivé du AGM-114, le Hellfire R9X.

Le R9X, également appelé la « bombe ninja », aurait été développé sous l’administration Obama et serait dépourvu de charge explosive. Equipé de six lames qui se déploient avant l’impact, il découpe sa cible sans effet de souffle.

L’utilisation du R9X n’a jamais été officiellement reconnue par le Pentagone ou la CIA, les deux entités américaines responsables des assassinats ciblés de leaders extrémistes. Cette arme mystérieuse a été baptisée « Flying Ginsu » (le « Ginsu volant »), d’après une célèbre publicité télévisée des années 1980 pour des couteaux de cuisine de marque Ginsu, qui pouvaient couper proprement à travers des canettes en aluminium et restaient parfaitement tranchants.

Des précédents, mais jamais de confirmation

L’existence d’un tel missile avait été évoquée pour la première fois en mars 2017, quand un haut dirigeant d’Al-Qaida, Abou Kheir Al-Masri, avait été tué par une frappe de drone alors qu’il se déplaçait dans une voiture en Syrie. Les photos montraient un large trou à travers le toit de la voiture. L’intérieur du véhicule et ses occupants avaient été déchiquetés, mais l’avant et l’arrière de la voiture semblaient complètement intacts.

Dans la presse américaine, une enquête du Wall Street Journal, en 2019, confirmait son utilisation par les Américains après la mort, la même année, de Jamal Al-Badaoui, considéré comme l’adjoint du cerveau de l’attentat-suicide qui, en octobre 2000, a visé le destroyer américain USS Cole dans le port d’Aden.

Des responsables américains avaient décrit le missile au journal comme « une enclume qui tombe du ciel à pleine vitesse ». Selon le quotidien américain, le Hellfire R9X a été utilisé à plusieurs reprises dans différentes attaques en Libye, en Syrie, en Irak, au Yémen et en Somalie.

via LeMonde

Total
1
Shares

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess