Nigeria: un pasteur forcé d’épouser le cadavre de sa fiancée décédée durant un avortement

Un pasteur au Nigeria a été contraint d’épouser le cadavre de sa défunte fiancée qu’il aurait tuée en lui faisant avorter alors qu’elle était inconsciente.

Le révérend Dr. Sucess Emeka Sunday, propriétaire de l’église, Life Transformation Praying Ministry, à Akwakuma, Owerri, a commencé à sortir avec Chioma Okoye il y a 5 ans et ils se sont fiancés en 2020 et ont commencé à planifier leur mariage.  

Publicité
–>

Chioma, 32 ans, est rapidement tombée enceinte alors que les préparatifs du mariage étaient en cours, mais le pasteur ne voulait pas du bébé car son église désapprouve la grossesse avant le mariage et cela nuirait à sa réputation.

La famille de la défunte affirme que le pasteur Sunday a invité Chioma le 24 février 2021 et lui a donné un verre contenant une drogue et elle est devenue inconsciente après l’avoir consommée.  Il l’aurait emmenée à l’hôpital et aurait demandé à un médecin d’interrompre sa grossesse.  Le médecin aurait refusé mais le pasteur aurait insisté. 

Au cours de la procédure, Chioma aurait commencé à vomir du sang et le médecin a conseillé d’emmener la défunte dans un autre hôpital plus équipé.

Le révérend Sunday aurait enregistré sa fiancée sous un nom différent dans l’autre hôpital , puis aurait appelé sa famille pour leur faire savoir qu’elle était malade.

Chioma serait décédée avant que sa famille ne puisse intervenir. 

Wilfred Okoye, qui a publié une déclaration au nom de la famille, a déclaré qu’une autopsie avait montré qu’il y avait un médicament dans son système et a également montré que le pasteur aurait tenté de lui faire pratiquer un avortement alors qu’elle était inconsciente avant de l’emmener finalement à  l’hôpital.

Après avoir reçu le résultat de l’autopsie, le pasteur aurait avoué l’avoir droguée afin d’interrompre sa grossesse.  La famille de la défunte a forcé le pasteur à épouser le corps de  Chioma avant ses funérailles.

Publicité 2



Elle a été enterrée le mardi 31 août à Umuahia, Abia.  Son nom sur son affiche nécrologique a été modifié pour inclure le nom du pasteur comme signe qu’il l’avait épousée.

LIRE AUSSI: Afrique du Sud: un pasteur devant un tribunal pour avoir grugé ses fidèles

Les membres de la famille disent que les églises appellent toujours Rev Sunday pour prêcher et qu’il est toujours professeur de théologie au Bethel Seminary.

via AfrikMag

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess