Pascal Brice, Daniel Cohn-Bendit et Romain Goupil : face à la crise migratoire, « l’UE ne peut pas se transformer en financeur de barbelés »

Tribune. Quelques milliers d’hommes, de femmes et d’enfants sont pris au piège du froid et de la faim à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. Cette situation résulte du cynisme sans limite du régime biélorusse, qui organise l’arrivée de ces migrants aux frontières orientales de l’Union européenne (UE) pour les jeter dans une impasse mortelle accentuée par l’intransigeance inhumaine du gouvernement polonais. Quant à la Russie, elle est soit complice directe de cette manœuvre, soit trop heureuse de tenter de se présenter en honnête courtier, alors que la dictature biélorusse lui doit tout pour sa survie et que la déstabilisation de l’Europe reste son objectif.

Nous devons venir, sans hésitation et immédiatement, en aide aux personnes qui peuvent mourir de froid à tout moment à la frontière de l’Europe, à notre frontière, s’ajoutant à une liste déjà longue de victimes. Il n’est pas envisageable que l’Union européenne se transforme en financeur de barbelés et de patrouilles pour repousser des êtres humains en danger de mort à ses confins. L’Union européenne et ses Etats membres doivent mettre à la disposition de la Pologne tout le soutien financier et opérationnel nécessaire à la mise en place d’un traitement humanitaire des migrants et à l’examen de leur situation avant leur accueil en Europe conformément au droit européen. C’est à la France et à l’Allemagne d’organiser une coalition des Etats prêts à être à la hauteur des droits fondamentaux de l’UE.

En même temps, les Européens doivent poursuivre le déploiement de l’ensemble des sanctions, renforcées pour instaurer un blocus contre le régime biélorusse dont le chantage n’a que trop duré : isolement financier, interdiction de survol de l’espace européen à toutes les compagnies qui participent à ce chantage, etc.

Politique d’intégration active

Il est plus que temps que l’Europe cesse de prêter le flanc à la moindre tentative de déstabilisation migratoire. L’Union est-elle si fragile qu’elle tremble lorsqu’un dictateur utilise quelques milliers de personnes pour faire pression sur elle ? Faut-il que nous nous mettions sans cesse à la merci de la Biélorussie, de la Turquie, de la Russie, du Maroc, du régime algérien ou des milices libyennes ? Rien ne semble avoir été appris des arrivées nombreuses de 2015-2016 ou des pérégrinations imposées à l’Aquarius et à d’autres bateaux humanitaires en Méditerranée depuis lors.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés La Biélorussie va faire l’objet de nouvelles sanctions européennes

L’Europe et ses Etats membres ne peuvent être sans cesse les otages de pressions extérieures dont les relais intéressés en son sein ne manquent pas, de Victor Orban à l’extrême droite française ou italienne. Tous ont pour ennemie la démocratie européenne. Il est temps que l’Union et ses Etats membres se dotent d’une politique migratoire et d’asile conforme aux valeurs et aux nécessités de l’accueil et qui nous mette à l’abri des chantages.

Il vous reste 34.64% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess