« Pire massacre de prison »: après la mort de 116 détenus, l’Équateur déclare l’état d’urgence dans les prisons

Le président équatorien a déclaré l’état d’urgence dans le système pénitentiaire après que des affrontements meurtriers entre membres de gangs dans une prison côtière ont fait au moins 116 morts et 80 blessés.

La violence au pénitencier de Litoral dans la ville de Guayaquil a éclaté après qu’une bataille a éclaté mardi soir entre des membres de gangs de cartels internationaux de la drogue en lice pour prendre le contrôle de l’établissement.

Publicité
–>
"Pire massacre de prison": après la mort de 116 détenus, l'Équateur déclare l'état d'urgence dans les prisons

Six des personnes tuées à la prison de Litoral, à la périphérie de la ville portuaire de Guayaquil, ont été décapitées. 

En annonçant l’état d’urgence dans l’établissement pénitentiaire, le président Guillermo Lasso a remis les pouvoirs fédéraux, notamment le déploiement de policiers et de soldats à l’intérieur de la prison.

La police nationale du pays a déclaré avoir envoyé 400 policiers pour rétablir l’ordre.

"Pire massacre de prison": après la mort de 116 détenus, l'Équateur déclare l'état d'urgence dans les prisons

Le président Guillermo Lasso a qualifié la guerre des gangs de « mauvaise et triste » et a déclaré : « Il est regrettable que les prisons soient transformées en territoires de conflits de pouvoir par des gangs criminels. Je demande à Dieu de bénir l’Équateur et que nous puissions éviter plus de pertes en vie humaine. »

Le président a déclaré qu’il agirait avec une « fermeté absolue » pour assurer la reprise rapide du pouvoir par les responsables.

Publicité 2



Il a promis des forces de sécurité et des fonds supplémentaires pour éviter une répétition de telles guerres de prison. Il a également annoncé que les membres de la famille des détenus obtiendraient de la nourriture et un soutien psychologique. Un programme d’une valeur de 24 millions de dollars axé sur les infrastructures et la technologie de l’installation du Litoral sera accéléré, a ajouté le président.

« Dans l’histoire du pays, il n’y a pas eu d’incident similaire ou proche de celui-ci », a déclaré Ledy Zúñiga, l’ancien président du Conseil national de réadaptation de l’Équateur.

L’Équateur n’est pas étranger à la violence en prison, c’est la troisième bagarre en prison entraînant des morts massifs dans le pays cette année. Au moins 79 personnes sont mortes en février et plus de 100 sont mortes en juillet dans des affrontements similaires dans les prisons équatoriennes. 

via AfrikMag

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess