Qui est vraiment Mario Draghi, l’ancien banquier central nommé chef du gouvernement italien ?

Par et

Publié aujourd’hui à 05h23

L’histoire remonte au Ve siècle avant notre ère, aux temps héroïques de la République romaine, et elle a été embellie par les historiens latins jusqu’à la légende, si bien que nul ne peut savoir sur quels faits historiques elle se fonde exactement. Arrivé au soir de sa vie, le patricien Lucius Quinctius Cincinnatus, ancien consul, s’est retiré sur ses terres. Mais la ville étant traversée par de violentes tensions sociales et devant subir les attaques des Eques et des Sabins, les sénateurs viennent le tirer de sa retraite et lui demandent d’abandonner sa charrue pour sauver la République, en acceptant d’occuper la fonction de dictateur. Seize jours plus tard, une fois les ennemis vaincus et la concorde rétablie, le vieil homme abandonne le pouvoir et retourne cultiver son champ.

Sans doute l’histoire est-elle trop belle pour être vraie, et ne doit pas être prise au pied de la lettre. Mais la figure de Cincinnatus (et l’archétype de modestie et de désintéressement qu’il représente) subsiste comme l’une des nombreuses références antiques qui parsèment la vie politique italienne, un peu à la manière de la « traversée du désert » dans les mythologies politiques françaises.

Lire l’éditorial du « Monde » : Mario Draghi, le pari politique de l’Italie

Y a-t-il eu quelque chose du souvenir de Cincinnatus dans la démarche du président Sergio Mattarella lorsqu’il a appelé, dans la soirée du 2 février, l’ancien gouverneur de la Banque d’Italie, Mario Draghi, afin de lui proposer de former le prochain gouvernement italien, en pleine pandémie et tandis que la crise politique provoquée par la démission de Giuseppe Conte prenait un tour inextricable ?

Bien sûr, l’ancien banquier central ne s’est pas reconverti dans les travaux des champs. Mais depuis son départ de la direction de la Banque centrale européenne (BCE), fin 2019, celui-ci a passé le plus clair de son temps à un peu moins de deux heures de Rome, dans une grande bâtisse entourée d’un parc arboré, aux confins de l’Ombrie et de la Toscane. Et c’est depuis cette paisible retraite, ni trop loin ni trop près de la capitale, qu’il a travaillé pendant un peu plus d’un an, à petites touches et à mots comptés, à parfaire sa stature de recours ultime.

La « fabrique » de l’homme providentiel

Incontestablement, l’opération, favorisée par de nombreux relais politiques et économiques, a réussi. Il suffit pour s’en convaincre de prêter attention au chœur de louanges qui a accueilli l’annonce de la désignation de l’ancien banquier central, d’un bout à l’autre du spectre politique. Jugé « crédible » par l’ancien chef politique du Mouvement 5 Etoiles Luigi Di Maio (qui, par le passé, n’avait pas de mots assez durs contre lui), considéré comme « le meilleur joueur sur le terrain » par l’ancien président du Conseil Matteo Renzi, coutumier des métaphores sportives, il s’est même vu comparé au footballeur Cristiano Ronaldo par un des ténors de la Ligue de Matteo Salvini (extrême droite), Giancarlo Giorgetti.

Il vous reste 74.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Impatient face à l’administration Biden, l’Iran multiplie les entorses à l’accord sur son programme nucléaire

Next Post

En Birmanie, des sites gouvernementaux ciblés par des hackeurs

Related Posts