Réchauffement climatique : en Australie, 91 % de la Grande Barrière de corail a subi un « blanchissement »


Les coraux blanchis de la Grande Barrière de corail restent vivants et peuvent se rétablir si les conditions s’améliorent, selon un rapport publié le 10 mai 2022 par le gouvernement australien.

En Australie, environ 91 % de la Grande Barrière de corail a subi un « blanchissement » en raison d’une vague de chaleur prolongée lors de l’été austral, selon un nouveau rapport gouvernemental publié mardi soir. Sur les 719 récifs étudiés, 654, soit 91 %, présentent un certain niveau de blanchiment des coraux. C’est la première fois que le plus grand récif corallien du monde est touché par un tel blanchissement au cours du phénomène climatique La Niña, habituellement caractérisé par une température anormalement basse des eaux.

« Le changement climatique s’intensifie et le récif en subit déjà les conséquences », met en garde le rapport de surveillance, qui rappelle qu’il s’agit de la quatrième vague de « blanchissement » à frapper le récif depuis 2016. Entre septembre 2021 et mars 2022, l’autorité maritime de la Grande Barrière de corail, qui a publié cette étude, a procédé à des relevés exhaustifs sur ce récif inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

La Grande Barrière de corail pourrait être classée site en danger

Elle a établi que les eaux ont commencé à se réchauffer à la fin de décembre et que les trois principales régions où se situe la barrière ont été frappées par le phénomène, qui se traduit par une décoloration en raison de l’expulsion des algues donnant au corail sa couleur vive. Les coraux blanchis restent vivants et peuvent se rétablir si les conditions s’améliorent, mais « les coraux fortement blanchis présentent des taux de mortalité plus élevés », explique l’étude, dont une première version avait été publiée en mars.

Ce rapport a été publié dix jours avant les élections fédérales australiennes, le 21 mai, lors desquelles la politique gouvernementale en matière de changement climatique sera au cœur des enjeux.

En juin, l’Unesco doit décider d’une éventuelle inscription de la Grande Barrière de corail sur la liste des sites « en danger ». L’Australie a lancé un plan de protection « Reef 2050 » doté de milliards de dollars après que les Nations unies ont menacé en 2015 de déclasser le site.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess