Référendum en Californie : le gouverneur démocrate Gavin Newsom en passe de conserver son poste

Le gouverneur californien Gavin Newsom, à San Francisco, le 14 septembre 2021.

Gavin Newsom devrait rester. Les électeurs de Californie ont voté majoritairement « non » au référendum organisé par ses détracteurs pour obtenir sa révocation, selon des estimations diffusées mardi 14 septembre au soir (tôt ce matin à Paris) par les médias américains.

Le « non » obtenait environ deux tiers des voix après dépouillement de plus de 60 % des bulletins, selon CNN et NBC. Avec une telle avance, les deux chaînes estiment que le démocrate Gavin Newsom va rester gouverneur de l’Etat le plus peuplé des Etats-Unis et terminer son mandat prévu jusqu’en 2023.

Les bureaux de vote ont fermé mardi à 20 heures, (5 heures mercredi matin, à Paris), mais de nombreux électeurs, environ 9 millions sur 22 inscrits au total, ont voté par anticipation, ce qui a permis d’obtenir de premières projections rapides.

L’issue du scrutin est non seulement une victoire pour le gouverneur Gavin Newsom, fragilisé par la crise du Covid et les mesures sanitaires décrétées pour endiguer la pandémie, mais aussi pour l’ensemble du camp démocrate.

Ce vote « dit oui à ce qui nous est cher à nous, Californiens », a lancé Gavin Newsom à l’annonce de ces premiers résultats. « En tant qu’Etat, nous avons dit oui à la science, oui aux vaccins, oui à la fin de la pandémie (…) oui au droit de vote sans craindre de fausses accusations de fraude », a dit le gouverneur.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Recall Newsom ! » : le gouverneur de Californie mis à mal par la pandémie de Covid-19

Soutenu par Biden en personne

Preuve de l’enjeu national de ce référendum dans un Etat équivalent à la cinquième puissance économique mondiale, le président Joe Biden a mis sa casquette de patron du camp démocrate et s’est rendu lundi en Californie pour soutenir M. Newsom.

Utilisant une disposition de la Constitution californienne, des citoyens mécontents – très vite ralliés par le parti républicain – avaient obtenu ce « scrutin de rappel » permettant de révoquer un gouverneur en dehors de tout calendrier électoral, après avoir recueilli plus de 1,5 million de signatures. Il y a dix-huit ans, un vote similaire avait permis à Arnold Schwarzenegger de conquérir la Californie en faisant chuter le gouverneur démocrate de l’époque.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Depuis 1960, tous les gouverneurs de Californie ont essuyé des tentatives de destitution »

Les Californiens partisans du référendum dénoncent des impôts excessifs, une « élite » démocrate perçue comme méprisante et des libertés individuelles bafouées par les autorités depuis le début de la pandémie. Les opposants y voyaient une manœuvre pour se porter aux commandes d’un Etat farouchement démocrate, hors d’atteinte pour les conservateurs lors d’un scrutin classique.

Tout comme Donald Trump, la plupart des candidats républicains qui espéraient prendre la place du gouverneur avaient commencé à contester le scrutin et à crier à la fraude électorale avant même la fin des opérations de vote, une stratégie devenue désormais banale dans le camp conservateur.

Favori en cas de victoire du « oui », – les électeurs avaient le choix entre 46 candidats –, l’animateur de radio ultra-conservateur Larry Elder a jusqu’à présent refusé de dire s’il accepterait les résultats du scrutin. Il a lancé un site internet invitant ses partisans à dénoncer toute irrégularité dont ils seraient témoins afin de préserver « l’intégrité » du vote.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Peine de mort, emploi… Gavin Newsom, le gouverneur démocrate qui bouscule la Californie

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess