Réservation obligatoire, portiques payants… Venise réfléchit à limiter le surtourisme

Des portiques visant à réguler le nombre de touristes dans le centre historique avaient été testés à Venise, le 1er mai 2018.

« Comment vivrons-nous ensemble ? » La question s’affiche partout dans Venise en ce début d’automne. Le thème de la Biennale d’architecture 2021 résonne curieusement avec les tourments d’une ville entière, sonnée par le rebond spectaculaire, en août, d’un tourisme dont elle jouit et souffre à la fois. Chaque jour, les visiteurs sont plus nombreux dans la Venise insulaire que la population locale – soit 50 000 habitants environ.

Avec la levée progressive des restrictions sanitaires liées au Covid-19, les habitants de Vénétie, puis de toute l’Italie, puis des pays voisins sont revenus. Parfois à la journée, d’Autriche, de Croatie ou de Slovénie. Déjà s’y ajoutent quelques Américains, les plus espérés. En attendant les Chinois, dans quelques années, et toute la classe moyenne des pays émergents qui n’a jamais eu la chance de voir la Sérénissime. La manne semble inépuisable, qu’importent les mises en garde répétées de l’Unesco.

Après dix-huit mois d’observation des dégâts économiques du sous-tourisme, c’est à Venise que le surtourisme est réapparu en premier. Dans la ville qui l’incarnait déjà avant la pandémie. Avec les badauds reviennent les questions : quelle cohabitation entre visiteurs et habitants ? Quel remède à la monoactivité ? Quelle gestion des flux ? Dans les sestiere vénitien, de la Giudecca au Cannaregio, chacun a son avis et, pense-t-il, une solution.

« Une forme de politesse »

Le maire de droite aux accents berlusconiens, l’homme d’affaires Luigi Brugnaro, ne fait pas exception. Lui habite sur la terre ferme, comme la majorité de ses 260 000 concitoyens. Réélu au premier tour en 2020, il promet de mettre en œuvre une mesure radicale évoquée depuis des décennies : la réservation obligatoire et payante – de 3 à 10 euros selon les jours – pour entrer dans le centre historique, assortie de portiques pour valider son billet. Les réservations de nuits en hôtel ou en appartement meublé touristique feront office de laissez-passer, et la liste des exemptions n’est pas encore arrêtée. Le concept de « ville musée » deviendrait une réalité.

« Venise ne peut plus accueillir n’importe qui à n’importe quel moment » Simone Venturini, adjoint à la mairie chargé du tourisme

Prévue pour le 1er juillet 2020, renvoyée à 2021 puis au 1er janvier 2022, et désormais fixée pour avril 2022, cette réservation obligatoire verra-t-elle le jour ? Les connaisseurs du microcosme vénitien en doutent.

Paolo et Nicola, gondoliers, guettant le chaland devant le ponte Papadopoli, s’y préparent mollement. Paolo, rayures bleues : « Ils sont cinglés ! Vous trouveriez ça normal, vous, d’avoir un portique à l’entrée de votre ville ? » Nicola, rayures rouges : « Ce serait une bonne idée, car il y avait sans doute trop de monde, et surtout trop de déchets. Mais ils n’y arriveront jamais. » Les deux, unanimes : « C’est comme le MOSE [le système de digues flottantes censé protéger la ville des épisodes d’« acqua alta », les hautes eaux]. On n’en parle plus, car on sait que ça ne se fera jamais. » Voire ! Deux modèles de portiques ont été installés sur l’île de Tronchetto, pour des tests techniques. Et l’adjoint au maire chargé du tourisme, Simone Venturini, l’affirme fièrement : « C’est une ville unique au monde, et l’on demande au touriste une chose unique au monde : pour venir à Venise, il faut réserver. Elle ne peut plus accueillir n’importe qui à n’importe quel moment et l’on vous demande cette forme de politesse à son égard. La volonté n’est pas de dissuader les gens de venir, mais de changer l’approche psychologique. Ce n’est plus une ville fast-food. »

Il vous reste 72.24% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess