Russes et Ukrainiens se rejettent mutuellement la responsabilité d’un bombardement au cœur de Donetsk


Un corps sans vie gît dans une zone de bombardements à Donetsk, le 4 août 2022.

Dans un drame devenu banal au cours des derniers mois en Ukraine, huit civils ont été tués et quatre blessés, jeudi matin 4 août, près d’un arrêt de bus et d’une église dans la ville de Toretsk. Les forces russes tentent de prendre cette localité du Donbass située à cinq kilomètres du front et la soumettent à un feu d’artillerie quotidien.

Evènement beaucoup plus rare, six personnes ont été tuées par un bombardement en plein cœur de Donetsk, la capitale régionale séparatiste de 900 000 habitants occupée par les forces russes depuis 2014. Un obus a touché le Donbass Palace, un hôtel luxueux où logent les employés des médias d’Etat russe et les délégations officielles ; d’autres ont tué des promeneurs sur le boulevard Pouchkine, derrière le théâtre dramatique.

Des images du bombardement ont immédiatement été diffusées par les médias russes. Une des vidéos montre un militaire parler à la caméra au moment où retentit le fracas d’une explosion. Le centre de Donetsk, situé à douze kilomètres de la ligne de front, est très rarement touché par des frappes.

Au moment des explosions, une cérémonie commémorative en l’honneur d’une combattante prorusse tuée au combat la veille débutait dans le théâtre dramatique. Olga Katchoura était célébrée par la propagande russe comme l’unique femme commandante dans les rangs de l’armée séparatiste prorusse. Vladimir Poutine lui a décerné à titre posthume le titre de Héros de Russie par décret jeudi. En Ukraine, Olga Katchoura a été condamnée par contumace à douze ans de prison pour « participation à un groupe terroriste ou à une organisation terroriste ». Elle a été accusée par le ministère ukrainien de l’intérieur d’avoir bombardé des civils en 2015 lors du siège de Debaltseve.

Succession d’attaques inédites menées contre Donetsk

La chaîne télévisée pro-Kremlin Pervy Kanal a présenté l’événement comme inédit car « jamais au cours des huit dernières années les forces ukrainiennes n’ont couvert un enterrement de tirs d’artillerie (…) aujourd’hui, les néonazis ukrainiens, comme on dit, ont touché le fond ».

Côté ukrainien, on nie toute implication dans le bombardement. Le conseiller du chef de cabinet du président ukrainien Mikhail Podolyak, a affirmé que « seuls les Russes ont frappé Donetsk, ou bien le corps de la “milice populaire” des “républiques” criminelles non reconnues. Cela n’a aucun sens pour nous de bombarder tel ou tel événement à Donetsk. Nous avons pour objectif de détruire trois types de cibles : les dépôts de carburant, les dépôts d’obus d’artillerie et les centres de commandement opérationnels et tactiques, afin de réduire le potentiel offensif de l’envahisseur ». L’officiel ukrainien pointe du doigt une mise en scène pour les besoins de la propagande russe : « Ces explosions [sont nécessaires] uniquement pour montrer quelles bêtes féroces sont en face, et qu’il faut donc se battre plus férocement, et poursuivre l’invasion pour tuer les Ukrainiens. »

Il vous reste 52.5% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess