Russie : six personnes inculpées après la diffusion d’images de viols et de tortures en prison

Six personnes, dont deux responsables pénitentiaires, ont été inculpées en Russie, jeudi 13 janvier, dans le cadre d’une affaire ayant secoué le pays en octobre après la diffusion de vidéos montrant viols et tortures en prison, ont annoncé les autorités russes.

Début octobre, l’ONG spécialisée Gulagu.net a publié des vidéos de ces mauvais traitements obtenues par le lanceur d’alerte et ancien prisonnier Sergueï Savelev, qui avait eu accès à ces enregistrements lors de sa détention sous couvert d’activités de maintenance informatique. Il a depuis demandé l’asile en France.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés En Russie, un lanceur d’alerte dénonce un système de viols organisés en prison

Ces images montrent notamment des viols et des tortures systématiques infligées aux détenus dans une prison-hôpital de Saratov. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes après ces révélations.

Intimidation et extorsion de fonds

« Quatre détenus ont été inculpés pour violences sexuelles », alors que deux responsables de la prison-hôpital de Saratov ont été inculpés pour « abus de pouvoir », a précisé Alexandre Bastrykine, chef du Comité d’enquête russe, principal organisme chargé des enquêtes pénales dans le pays, dans une interview accordée à l’agence de presse publique RIA Novosti.

Selon les enquêteurs, des détenus, sur ordre du personnel de l’hôpital-prison, ont systématiquement commis des actes violents à caractère sexuel à l’égard d’autres détenus en 2020-2021.

« Leur objectif était d’intimider et d’extorquer des fonds » à leurs victimes, a ajouté Alexandre Bastrykine.

Le système carcéral russe est très régulièrement entaché de scandales de tortures, qui sont commises de façon quasi institutionnalisée par des gardiens ou d’autres détenus à leurs ordres, notamment afin d’arracher des aveux.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « En Russie, un immense complexe carcéral soumet un demi-million de personnes à un ordre tyrannique »

Les révélations de ces tortures dans la prison-hôpital de Saratov avaient déjà conduit au limogeage du directeur du FSIN (les services carcéraux russes), à la démission du chef des services pénitentiaires locaux, ainsi qu’au limogeage de cadres du pénitencier concerné.

Les autorités russes avaient d’abord lancé des poursuites et émis un mandat d’arrêt contre le lanceur d’alerte Sergueï Savelev, qui a fui la Russie pour la France, avant de les abandonner.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess