Sommet des Amériques : les Etats-Unis vont accueillir 20 000 réfugiés et annoncent 314 millions de dollars d’assistance humanitaire


Le président des Etats-Unis, Joe Biden, lors du Sommet des Amériques, jeudi 9 juin.

Les Etats-Unis vont accueillir 20 000 réfugiés venus d’Amérique latine en 2023 et 2024, et débloquer 314 millions de dollars (298 millions d’euros) d’assistance humanitaire à destination principalement des migrants vénézuéliens, a annoncé, vendredi 10 juin, la Maison Blanche. Ces annonces interviennent en clôture du Sommet des Amériques à Los Angeles, au cours duquel des dirigeants américains venus de toute la région doivent adopter une déclaration sur leurs engagements en matière d’immigration.

Les Etats-Unis s’engagent donc pour leur part à ouvrir leurs portes à 20 000 personnes, ce qui, selon un communiqué de l’exécutif américain, serait le triple du nombre de réfugiés accueillis cette année. A titre de comparaison, Washington a promis d’accueillir 100 000 Ukrainiens après l’invasion du pays par la Russie.

L’administration Biden entend aussi « augmenter » l’accueil des réfugiés haïtiens – sans donner de chiffres – et va émettre 11 500 visas de travail saisonniers pour des ressortissants d’Haïti et d’Amérique centrale, afin de faire face à des pénuries de main-d’œuvre.

« Déclaration de Los Angeles »

Sur le plan financier, les Etats-Unis vont verser 314 millions de dollars de nouveaux financements pour « de l’assistance humanitaire et de l’aide au développement à destination des réfugiés et des migrants vulnérables » en Amérique latine. Ce programme doit principalement venir en aide aux Vénézuéliens, que ce soit chez eux ou dans les pays dans lesquels ils ont émigré. Plus de 6 millions de Vénézuéliens ont fui leur pays, en proie à une très grave crise économique et sociale.

Ni le Venezuela, ni Cuba, ni le Nicaragua n’ont été conviés à ce grand sommet régional par Washington, ce qui a suscité de vives critiques de certains dirigeants présents et le boycott pur et simple du président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador.

La « déclaration de Los Angeles », comme l’appelle la Maison Blanche, qui doit être adoptée recouvre divers engagements ou rappels d’engagements passés des pays de la région, en matière d’accueil de migrants et de régulation des flux. Le texte pose le principe, cher au président Biden, d’une « responsabilité partagée » entre Etats alors que des milliers de personnes en situation irrégulière tentent chaque jour d’entrer aux Etats-Unis.

Le Belize va ainsi, selon le communiqué de la Maison Blanche, lancer un programme de régularisation d’immigrés illégaux tandis que le Costa Rica va renouveler un programme de protection temporaire pour des personnes venues de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua.

Autres exemples : le Mexique va pour sa part augmenter de 10 000 à 20 000 le nombre de personnes pouvant bénéficier d’un programme spécifique de permis de travail, tandis que le Canada va ouvrir ses frontières à 50 000 travailleurs du secteur agricole.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess