Steven L. Kaplan : « Si Frédérique Vidal repère des sorcières, il faut évidemment qu’elle les chasse »

Tribune. L’autre jour, dans Le Monde, des centaines de chercheurs et universitaires ont dénoncé une « chasse aux sorcières » lancée par leur ministre de tutelle, Mme Vidal. J’ai trouvé leur texte un peu fort de café. Pour éviter la moindre suspicion de micro-agression genrée, je ne dirai jamais que Mme Vidal veut tout simplement faire le ménage chez elle. Si, de son positionnement panoptique, elle repère des sorcières, il faut évidemment qu’elle les chasse, même si Donald Trump a dévoyé la formule, faute de bien connaître le Malleus Maleficarum, manuel canonique de la chasse aux sorcières datant du XVe siècle.

Je parle d’expérience : si nous, les universitaires-chercheurs américains, avions été aussi réactifs que les vigilants macroniens d’aujourd’hui, nous aurions pu, dès le début des années 1980, prévenir l’infestation toxique de notre variant de l’« islamo-gauchisme », en chassant les sorciers portant la « théorie française » (en français : French Theory), qui a passablement gangrené notre corps intellectuel (et son sosie militant) pendant quelques décennies.

Lire aussi  l’archive : La « French Theory » en son exil américain

Figures subversives

Il y a eu plusieurs vagues, moult inflexions : parmi de nombreux philosophes, linguistes, sémiologues, historiens, sociologues, psychanalystes se distinguent trois figures particulièrement subversives, tous trois élèves de l’Ecole normale supérieure et agrégés de philosophie (c’est déjà tout dire, presque l’amorce d’un complot), des « penseurs » (sacerdoce peu américain, hors cadre apostolique), de véritables ensorceleurs, capables d’attirer 500 personnes pour un « séminaire », de les tenir sous le charme de leur parole pendant trois à quatre heures, malgré le penchant américain de rentrer dîner à 17 heures.

D’abord, Michel Foucault – qui a mis en question des notions généralement considérées comme intrinsèquement limpides (« discours », « auteur ») – nous a contraints à affronter la subjectivité, à repenser les relations entre discipline et ordre social, entre pouvoir et savoir, entre sexualité et répression. Ancien communiste, puis maoïste, gay : heureusement il n’était ni juif ni noir, car, avec le reste, il n’aurait jamais obtenu un visa américain.

Moins sulfureux, mais non moins engagé socialement, politiquement, moralement, publiquement, Pierre Bourdieu a pesé énormément sur la manière d’appréhender et d’étudier les relations sociales, notamment à travers ses analyses des mécanismes de reproduction des hiérarchies sociales et de domination, refusant de privilégier les facteurs économiques par rapport aux facteurs symboliques et culturels.

Il vous reste 58.08% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess