Suède : Aussitôt élue première ministre ; elle démissionne 8h plus tard

La Suède a élu mercredi  la sociale-démocrate Magdalena Andersson, 54 ans première ministre devenant ainsi la première femme dirigeante du pays 

près de 100 ans après que le pays scandinave a étendu le droit de vote aux femmes.

Publicité
–>

Cependant, son mandat a été éphémère. Héritière du Premier ministre démissionnaire Stefan Löfven, dont elle fut la ministre des Finances pendant sept ans, cette diplômée de la plus grande école de commerce de Suède, qui se définit comme une « femme sympa et travailleuse » aimant décider, a tenu les commandes moins d’une journée.

En effet, quelques heures après son entrée en fonction, Andersson a démissionné de son poste lorsqu’un membre de la coalition au pouvoir, le parti vert suédois de centre-gauche, a quitté le gouvernement en signe de protestation après que les législateurs ont adopté un projet de loi budgétaire soutenu par trois partis de droite.

Le Parti social-démocrate d’Andersson avait présenté une proposition de budget alternative qui n’a pas été adoptée.  Andersson a déclaré qu’elle espère former un gouvernement au pouvoir à parti unique.

« Il y a une pratique constitutionnelle voulant qu’un gouvernement de coalition démissionne lorsqu’un parti le quitte. Je ne veux pas diriger un gouvernement dont la légitimité est remise en cause », a-t-elle déclaré, après le départ de ses alliés écologistes du gouvernement.

Politiquement, elle a une réputation de femme à poigne, au ton direct, qui déstabilise souvent dans une Suède policée, soulignent les experts.

« Des gens ont même dit qu’ils avaient peur d’elle, ce qui est assez drôle quand cela vient de professeurs d’économie ou de politologues d’élite », avance Anders Lindberg, chef du service politique du quotidien Aftonbladet, proche des sociaux-démocrates.

Publicité 2



LIRE AUSSI: Estonie: le seul pays au monde où le président et le Premier ministre sont des femmes

Andersson avait brièvement rejoint les rangs d’une vingtaine de femmes chefs d’État et de gouvernement, selon ONU Femmes, l’agence des Nations Unies axée sur l’égalité des sexes.  Environ la moitié de ces femmes dirigent des pays européens.  La Suède a été le dernier de ses voisins nordiques – le Danemark, la Norvège, la Finlande et l’Islande – à élire une femme à leurs plus hautes fonctions. 

Les pays scandinaves sont réputés pour certaines des politiques de genre les plus progressistes au monde.

via AfrikMag

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess