Turquie : un député prokurde arrêté après quatre nuits de protestation au Parlement

La police turque a arrêté, au petit jour, dimanche 21 mars, le député prokurde Omer Faruk Gergerlioglu au siège de son parti au Parlement. Il y avait passé les quatre dernières nuits pour protester contre la perte de son statut de député.

Le Parti démocratique des peuples (HDP) a déclaré qu’il avait été arrêté juste avant ses prières matinales à Ankara, la capitale. « Notre député Faruk Gergerlioglu a été placé en garde à vue », a-t-il signalé sur Twitter. Le site d’information Arti Gerçek, créé en 2017 par des journalistes turcs exilés en Allemagne et disposant de plusieurs bureaux en Turquie, a filmé la scène, précisant que le député n’avait pas eu le temps de mettre un masque de protection.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Turquie : l’étau se resserre sur le HDP, parti de la gauche prokurde

Condamnation pour « terrorisme »

Célèbre pour ses combats en faveur des droits humains, M. Gergerlioglu a été démis de son mandat, mercredi, après la confirmation par la justice d’une condamnation à deux ans et demi de prison pour « propagande terroriste ».

Le député, qui rejette ces accusations, avait partagé, sur Twitter en 2016, le lien d’un article de presse relayant l’appel à la paix du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré par les autorités turques comme une organisation terroriste. La destitution de M. Gergerlioglu a été condamnée par plusieurs organisations non gouvernementales et des pays occidentaux.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Turquie : le parti prokurde HDP sur le fil du rasoir

Pour protester, le député prokurde refusait de quitter le Parlement depuis mercredi, dormant et mangeant dans une salle du bâtiment officiel. « Nous pouvions voir ce genre de scènes dans les années 1990. Malheureusement, rien n’a changé depuis », a déclaré le député lors de son interpellation, selon des propos rapportés par son parti.

Répression et interdiction du HDP

Troisième parti d’opposition, le HDP fait l’objet d’une implacable répression depuis 2016 avec l’arrestation de plusieurs de ses élus et dirigeants, dont le charismatique Selahattin Demirtas. Cette « décennie noire » a notamment été marquée par la flambée du conflit kurde dans le sud-est de la Turquie et une répression intense dans les milieux prokurdes.

Mercredi, le jour de la destitution de M. Gergerlioglu, les autorités turques ont réclamé l’interdiction du HDP, l’accusant d’être étroitement lié au PKK et à ses militants. Le plus haut tribunal du pays doit se prononcer sur ce dossier dans les prochaines semaines.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Canan Kaftancioglu, Sebnem Korur Fincanci et Meral Aksener : trois femmes sur la route d’Erdogan en Turquie

Le Monde avec Reuters

via LeMonde

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Equateur : l’autorité électorale confirme les deux candidats pour le second tour de la présidentielle

Next Post

Séville : le but décisif du gardien Bounou !

Related Posts