« Un nouvel engagement international pour l’équité face aux vaccins et pour vaincre la pandémie »

Tribune. Alors que se prépare le sommet du G7, du 11 au 13 juin au Royaume-Uni, un point domine l’ordre du jour : comment mettre fin à la pandémie de Covid-19 et assurer la reprise dans le monde. Nous faisons face à des difficultés pressantes. Il est désormais clairement établi qu’il n’y aura pas de reprise généralisée tant que la crise sanitaire ne sera pas terminée. L’accès à la vaccination est essentiel dans les deux cas.

La vaccination a enregistré des avancées impressionnantes. Les scientifiques ont mis au point plusieurs vaccins en un temps record. Des financements publics et privés jamais vus auparavant sont venus soutenir la recherche, le développement et la mise à l’échelle de la fabrication de vaccins. Cependant, il subsiste un fossé dangereux entre les pays riches et les nations plus pauvres.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Nous appelons à la création d’un conseil de sécurité mondial sur les menaces sanitaires »

En fait, alors même que certains pays riches envisagent déjà le déploiement des rappels pour leur population, la grande majorité des habitants des pays en développement, et même les agents de santé en première ligne, n’ont toujours pas reçu leur première injection. Les pays à faible revenu sont les moins bien lotis, puisqu’ils n’ont reçu que moins de 1 % des vaccins administrés jusqu’à présent. On assiste de plus en plus au développement d’une pandémie à deux vitesses, l’accès aux vaccins étant réservé aux pays les plus riches, tandis que les plus pauvres sont laissés à la traîne.

Des écarts économiques aux conséquences négatives

La disparité en matière de distribution de vaccins laisse non seulement des millions de personnes à la merci du virus, mais elle permet également l’émergence de variants mortels ce qui, par ricochet, a des répercussions dans le monde entier. A mesure que se propagent de nouveaux variants, même les pays dont les programmes de vaccination sont avancés ont été contraints de recourir à de nouvelles mesures de santé publique plus strictes, certains imposant même des restrictions aux voyages.

De son côté, la pandémie en cours creuse encore les écarts économiques, ce qui a des conséquences négatives pour tous. Cela ne doit pas être une fatalité. C’est pourquoi nous en appelons aujourd’hui à la communauté internationale afin qu’elle renforce l’appui et la mise en œuvre d’une stratégie coordonnée et mise à l’échelle nécessaire pour vacciner la planète, grâce à de nouveaux financements.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’OCDE revoit à la hausse ses prévisions de croissance mondiale

Récemment, le Fonds monétaire international (FMI) a proposé un plan assorti d’objectifs clairs et d’actions pragmatiques, pour un coût réaliste. Il s’appuie sur les travaux en cours de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de ses partenaires de l’Accélérateur ACT [dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre le Covid-19] et de son programme mondial d’accès aux vaccins, le mécanisme Covax. Il repose également sur l’action menée par le Groupe de la Banque mondiale, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et bien d’autres.

Il vous reste 72.1% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Total
0
Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous Post

La Chine a détecté un premier cas humain de grippe aviaire H10N3

Next Post

Football-Bundesliga/Bayern : Karl-Heinz Rummenigge quitte ses fonctions plus tôt que prévu

Related Posts