Un portrait de Marilyn Monroe par Andy Warhol devient le tableau le plus cher du vingtième siècle


Le portrait « Shot Sage Blue Marilyn » d’Andy Warhol est transporté dans la salle des ventes de Christie’s à New York le 8 mai 2022.

Le marchand d’art de Christie’s Jussi Pylkkänen a senti « une certaine tension dans la salle ». Puis, frappant de son marteau, à 20 h 36, après quatre minutes d’enchères, il adjugea l’œuvre d’art pour 170 millions de dollars : le portrait de Marilyn Monroe par Andy Warhol Shot Sage Blue Marilyn est ainsi devenu lundi 9 mai à New York l’œuvre du vingtième siècle la plus chère jamais vendue aux enchères – le record absolu revient à Salvator Mundi, attribué à Léonard de Vinci et acheté 450 millions de dollars en 2017 par le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed Ben Salman.

Shot Sage Blue Marilyn était le clou de la collection des galeristes suisse, Thomas Ammann, mort en 1993 et de sa sœur Doris Ammann, décédée l’an dernier. L’acquéreur est, selon la presse américaine, le célèbre galeriste new-yorkais d’origine arménienne Larry Gagosian, dont on ne sait s’il agissait pour son compte ou celui d’un client. L’œuvre avait été estimée par la maison de vente Christie’s 200 millions de dollars. Avec les commissions, le total atteint 195 millions, chiffre historique, même s’il n’y a pas eu d’envolée exubérante.

Le contexte est épouvantable, avec Wall Street en chute libre, un dollar très fort, la Chine confinée, l’inflation qui galope sur la planète et la guerre en Ukraine. Il n’empêche, Guillaume Cerutti, le directeur général de Christie’s, a jugé le marché de l’art « très résilient ». La salle des enchères avait retrouvé l’ambiance des grands jours, avec quelque 180 participants auxquels s’ajoutaient une soixantaine de professionnels en contact téléphonique avec leurs mandants à travers toute la planète. François Pinault, propriétaire de Christie’s, avait fait le déplacement.

Le succès du tableau tient à son histoire et sa multiplicité. Ce carré d’environ un mètre de côté, est fondé sur une photographie recadrée de l’actrice utilisée pour la promotion du film Niagara (1953). Les paupières de Marilyn Monroe sont bleues, le teint rose, les cheveux jaune et le fond bleu sauge. Elle fait partie d’un groupe de cinq toiles, aux couleurs de fond différentes : bleu sauge, rouge, orange, bleu et turquoise. Pour ce faire, Warhol (1928-1987) avait développé une technique d’impression qu’il utilisa uniquement dans ce cadre car elle exigeait beaucoup de travail.

Surtout, en 1964, une artiste, Dorothy Podber se rendit dans les studios de Warhol à Manhattan sur la 47rue, et avisant les portraits, elle lui demanda si elle pouvait les « shooter ». Selon la légende, le roi du pop art acquiesça, comprenant qu’elle demandait l’autorisation de photographier les œuvres. En réalité, elle sortit un pistolet et tira sur les toiles de Marilyn. Warhol mit à la porte l’audacieuse. « J’ai été méchante toute ma vie. Jouer de sales tours aux gens est ma spécialité », déclara plus tard Dorothy Podber, qui était fille d’un gangster du Bronx. Warhol répara ses œuvres – l’une avait été percée, trois enfoncées, une intacte. Mais en connaisseur de la société de consommation, il leur donna à toutes ce titre de Shot Marilyn, la version bleu sauge étant rebaptisée Shot Sage Blue Marilyn.

Il vous reste 38.67% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess