Une attaque aux drones piégés a visé l’aéroport international d’Erbil, dans le nord de l’Irak

Une attaque aux « drones piégés » a été menée, mardi 6 juillet au soir, contre l’aéroport international d’Erbil, proche du consulat américain de cette ville du nord de l’Irak, a rapporté l’unité antiterroriste du Kurdistan irakien dans un communiqué. Une attaque confirmée par le porte-parole de la coalition, le colonel Wayne Marotto.

L’attaque, qui s’est déroulée vers 22 h 30 (21 h 30 à Paris), n’a pas fait de blessés ni de dégâts matériels, et les pompiers ont maîtrisé un début d’incendie, a précisé le communiqué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Frappes américaines contre des milices pro-Iran en Irak et en Syrie, « un message fort » selon Blinken

L’aéroport d’Erbil, où se trouve une base militaire de la coalition internationale de lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI), a déjà été visé en avril par une attaque menée par un drone bourré d’explosifs.

Ces derniers mois, les intérêts américains en Irak sont la cible d’attaques répétées et de plus en plus rapprochées. Lundi, un drone piégé qui visait l’ambassade américaine à Bagdad a été abattu, quelques heures après une attaque à la roquette contre une base abritant des soldats américains dans l’ouest de l’Irak. Les Etats-Unis accusent systématiquement les factions pro-Iran d’être responsables de ces opérations.

Depuis le début de l’année, quelque 48 attaques ont visé les intérêts des Etats-Unis dans le pays, où sont déployés 2 500 soldats américains dans le cadre de la coalition antiterroriste internationale.

Inquiétudes autour des attaques de drones

L’utilisation nouvelle des drones est un casse-tête pour la coalition car ces engins volants peuvent échapper aux batteries de défense C-RAM, installées par l’armée américaine pour défendre ses troupes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Le terrorisme djihadiste n’est pas une menace existentielle, mais une nuisance durable »

Ces nouvelles attaques interviennent une semaine après des frappes américaines contre des positions du Hachd al-Chaabi, une puissante force paramilitaire pro-iranienne en Syrie et en Irak, qui ont tué une dizaine de combattants. Le Hachd al-Chaabi salue régulièrement le lancement de roquettes et drones piégés, mais n’en revendique jamais la responsabilité.

Signe que les Etats-Unis s’inquiètent des nouvelles attaques au drone, ils ont récemment annoncé offrir jusqu’à 3 millions de dollars (2,5 millions d’euros) pour des informations sur les attaques visant leurs intérêts en Irak.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
0
Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous Post

Etats-Unis : le gouverneur de l’Etat de New York s’attaque aux armes à feu

Next Post

Pays-Bas : un journaliste gravement blessé par balles à Amsterdam

Related Posts