Une cyberattaque en Ukraine alimente les tensions avec Moscou

Le message d’avertissement apparu en ukrainien, en russe et en polonais, sur le site officiel du ministère ukrainien des Affaires étrangères, le 14 janvier 2022.

L’Ukraine a affirmé, dimanche 16 janvier, avoir des « preuves » de l’implication de la Russie dans la cyberattaque massive qui a visé plusieurs sites gouvernementaux dans la nuit du 13 au 14 janvier. « A ce jour, toutes les preuves indiquent que la Russie est derrière la cyberattaque », a déclaré le ministère de la transformation numérique, sans plus de précisions. Ce sabotage « est une manifestation de la guerre hybride que la Russie mène contre l’Ukraine depuis 2014 », date de l’annexion de la Crimée par Moscou et du début du conflit dans le Donbass avec les séparatistes prorusses.

L’objectif est « non seulement d’intimider la société », mais aussi de « déstabiliser la situation en Ukraine » en « sapant la confiance des Ukrainiens dans leur pouvoir » avec ces « fausses informations sur la vulnérabilité des structures informatiques d’Etat » et sur la « fuite des données personnelles des Ukrainiens », dénonce le ministère. Jusqu’ici, Kiev n’avait pas accusé directement la Russie d’être derrière l’attaque, mais avait dit clairement qu’il la suspectait. De son côté, Moscou nie toute implication.

« Ukrainiens ! Toutes vos données personnelles ont été téléchargées sur le réseau public. Toutes les données de l’ordinateur sont détruites, il est impossible de les restaurer. » Le message, rédigé en ukrainien, russe et polonais, est apparu jeudi sur plusieurs sites gouvernementaux, dont ceux du ministère des affaires étrangères, du ministère des anciens combattants, du service d’urgence de l’Etat et du ministère de l’énergie. Les autorités ukrainiennes ont démenti tout vol de données. Mais le géant informatique américain Microsoft a toutefois averti, dimanche 16 janvier, que cette cyberattaque pourrait rendre toute la structure informatique du gouvernement ukrainien inopérable.

Lire aussi Ukraine : une cyberattaque contre des sites gouvernementaux n’a provoqué « aucune fuite de données personnelles », selon Kiev

« Cela ne me surprendrait pas du tout s’il s’avère que c’est la Russie », a réagi dimanche le conseiller du président américain pour la sécurité nationale, Jake Sullivan. Pour autant, « nous n’avons pas encore déterminé les responsables de cette attaque », a-t-il ajouté, soulignant que les « sociétés privées-clés » impliquées n’avaient pas non plus désigné les auteurs présumés. « Nous travaillons dur pour le déterminer. S’il s’avère que c’est la Russie qui frappe l’Ukraine avec des cyberattaques et si cela continue à l’avenir, bien entendu nous allons travailler avec nos alliés à une riposte adéquate », a-t-il prévenu.

Les Etats-Unis mettent en garde depuis des mois sur la possibilité que les Russes utilisent de tels piratages informatiques pour alimenter « l’escalade en Ukraine ». « Cela fait partie de leur stratégie, ils l’ont fait dans le passé dans d’autres contextes », a rappelé M. Sullivan.

Il vous reste 57.09% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess