Une femme russe se coud la bouche à cause de Poutine

Une femme russe fait face à des poursuites après s’être cousue la bouche pour protester contre la censure des manifestations contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Nadezhda Sayfutdinova, une militante d’une trentaine d’années, s’était cousue la bouche avant de descendre dans les rues de la ville pour manifester seule. Elle a brandi une pancarte qui disait : « Vous ne pouvez pas vous taire !!! Vous ne pouvez pas vous taire !!! Le prix est notre conscience. La guerre n’est pas la paix !!! La liberté n’est pas l’esclavage !!! L’ignorance n’est pas le pouvoir !!!  « .

Une femme russe se coud la bouche à cause de Poutine

Elle a dénoncé le « code moral » de la Russie de Poutine qui bâillonnait les gens pendant la guerre. 

Elle a ensuite été arrêtée par la police dans la ville orientale d’Ekaterinbourg, utilisant la « force brutale » pour tenter de la faire enfermer dans un établissement psychiatrique. 

Mme Sayfutdinova a réussi à éviter d’être sectionnée, mais elle devrait toujours faire face à des poursuites pour avoir discrédité les forces armées russes. Elle a déclaré aux représentants du groupe de défense des droits humains OVD-Info : « Ma bouche était vraiment cousue avec une aiguille et du fil. Une ambulance a été appelée au poste [de police] pour inspecter les dégâts et enlever les fils. Je l’ai cousu moi-même. »

Elle a d’abord été emmenée dans une clinique de traumatologie, puis à la clinique psychiatrique n°3 de la ville. Son avocat Fedor Akchermyshev et OVD-Info ont appelé au soutien du public pour obtenir sa libération.

LIRE AUSSI: Mexique : des migrants se cousent la bouche pour tenter de passer la frontière américaine (photos)

Mme Sayfutdinova a déclaré : « La police m’a traitée sans violation, mais ils ont appelé une équipe psychiatrique, qui a utilisé la force brutale contre moi… J’ai refusé d’y aller. » 

Elle a qualifié ce qui lui a été fait de « psychiatrie punitive ». « J’étais sous le choc – c’était de la psychiatrie punitive. C’était très effrayant. » A-t-elle révélé.

Elle a été libérée après un énorme tollé public, ajoutant: « Je suis très reconnaissante envers les personnes qui ont essayé de m’aider et ont appelé la réception [de la clinique], exigeant de me laisser partir. »

via AfrikMag

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess