Une spectaculaire éruption de l’Etna provoque une pluie de petites pierres

L’Etna vu de Catane, le 16 février. L’Etna vu de Catane, le 16 février.

Les images montrent un impressionnant panache rosé de cendres au-dessus du sommet enneigé du volcan sicilien. L’Etna a connu une nouvelle éruption spectaculaire, mardi 16 février.

Sans danger, elle a cependant entraîné une pluie de petites pierres volcaniques et de cendres sur la ville portuaire de Catane (deuxième plus grande ville de Sicile), dont l’aéroport a été fermé. « Nous avons vu pire », a commenté Stefano Branca, directeur de l’Institut national de géophysique et de vulcanologie (INGV) à Catane, jugeant que l’événement commencé en fin d’après-midi « n’était pas du tout inquiétant ».

L’affaissement d’une partie du cratère sud-est du célèbre volcan a provoqué un débordement et un glissement de lave le long de la paroi occidentale, qui ne met toutefois pas en danger les villages habités proches du volcan, a précisé un responsable de l’INGV à l’agence de presse italienne AGI.

Coulées de lave

Les sapeurs-pompiers ont signalé en début de soirée sur leur compte Twitter qu’ils surveillaient néanmoins l’évolution de la situation à Linguaglossa, Fornazzo et Milotrois, trois petites communes situées au pied du volcan.

La nuit arrivée, le nuage rosé s’est largement dissipé, mais l’Etna était encore le théâtre de nombreuses coulées de lave incandescente. D’une superficie de 1 250 kilomètres carrés, l’Etna est le plus haut volcan en activité en Europe (3 324 mètres), avec des éruptions fréquentes depuis environ cinq cent mille ans.

Un important panache de fumées et de cendres sort du cratère sud-est du volcan, le 16 février. Un important panache de fumées et de cendres sort du cratère sud-est du volcan, le 16 février.
L’Etna en éruption, le 15 février. L’Etna en éruption, le 15 février.
L’Etna vu du village de Fornazzo, le 15 février. L’Etna vu du village de Fornazzo, le 15 février.
A Catane, aux pieds de l’Etna, un employé municipal balaie les dépots de cendres du volcan, le 17 février. A Catane, aux pieds de l’Etna, un employé municipal balaie les dépots de cendres du volcan, le 17 février.
Le spectaculaire panache de l’Etna vu de Paterno, le 16 février. Le spectaculaire panache de l’Etna vu de Paterno, le 16 février.
Les coulées de lave sont bien visibles de nuit sur les flancs de l’Etna vu de Catane, le 16 février. Les coulées de lave sont bien visibles de nuit sur les flancs de l’Etna vu de Catane, le 16 février.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Vivre sous la menace du Vésuve

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

En Biélorussie, une vague de perquisitions cible les journalistes et militants des droits humains

Next Post

Au Liban, l’armée n’échappe pas à la crise financière

Related Posts