Vladimir Poutine, un chef de plus en plus isolé


Le président russe, Vladimir Poutine, lors du défilé militaire du Jour de la victoire, sur la place Rouge, dans le centre de Moscou, le 9 mai 2022.

Lundi 9 mai, pour la première fois de son long règne, Vladimir Poutine était seul dans la tribune présidentielle placée sur la place Rouge, entouré uniquement de ses généraux et de vétérans, pour donner le coup d’envoi des célébrations du 9-Mai marquant le 77anniversaire de la victoire soviétique dans la seconde guerre mondiale. « La Russie n’a que deux alliés, sa flotte et son armée », dit l’adage attribué à l’empereur Alexandre III.

Le Kremlin avait indiqué qu’aucun chef d’Etat étranger n’avait été invité, disant voir dans cette première un non-événement. Mais l’enjeu était bien d’éviter une rebuffade plus insultante encore que lors de l’édition 2015, quand les refus s’étaient accumulés, un an après l’annexion de la Crimée et en pleine guerre du Donbass.

La Russie isolée mais combative, c’est le message qu’a fait passer Vladimir Poutine lors de son discours. Le président russe a largement tiré le parallèle entre les exploits des soldats soviétiques lors de la Grande Guerre patriotique » de 1941-1945 et le conflit en Ukraine. « Aujourd’hui comme hier, vous vous battez pour notre peuple dans le Donbass, pour la sécurité de notre patrie, la Russie, a-t-il lancé aux soldats déployés en Ukraine, pays dont il n’a pas une seule fois prononcé le nom. Pour qu’il n’y ait pas de place dans le monde pour les bourreaux et les nazis. »

« Face à une menace inacceptable »

Il a ensuite donné le départ de la parade militaire moscovite, démonstration de force et événement toujours grandiose sur lequel planait fortement l’ombre du conflit en Ukraine. Principale singularité, les défilés à Moscou et en province s’annonçaient moins fournis que les années précédentes, avec environ 35 % de matériel et d’hommes engagés de moins qu’en 2021, selon l’estimation du magazine Forbes.

Si aucun commentaire officiel n’a été fait à ce sujet, cette variation est bien la conséquence de l’engagement ou de la destruction de nombreuses unités en Ukraine, hélicoptères et blindés en tête. La flotte, elle, a été privée de ses traditionnelles parades nautiques de Sébastopol, Saint-Pétersbourg et Vladivostok, annulations qui auront au moins le mérite de ne pas rappeler la disparition douloureuse du croiseur Moskva et d’autres navires.

En 2021, M. Poutine avait balayé quatre-vingts ans d’historiographie soviétique et russe en assurant que, durant la guerre, « [les Russes étaient] seule face à l’ennemi ». Cette année, le président russe est allé plus loin. Même s’il affirme « honorer la mémoire de tous les combattants des armées alliées », il a accusé les Occidentaux de vouloir « annuler les valeurs millénaires de la Russie » : « Une telle dégradation morale est devenue la base de falsifications cyniques de l’histoire de la seconde guerre mondiale, incitant à la russophobie, à la glorification des traîtres, à la dépréciation de la mémoire de leurs victimes. (…) Nous nous souvenons comment les ennemis de la Russie ont essayé d’utiliser des bandes de terroristes internationaux contre nous, ont essayé de semer l’inimitié nationale et religieuse afin de nous affaiblir et de nous diviser de l’intérieur. Rien n’a réussi ! »

Il vous reste 67.77% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess