Xi Jinping lance sa campagne pour 2022

Le président chinois Xi Jinping, lors d’un spectacle commémorant le 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste, à Pékin, le 28 juin 2021.

L’expression peut faire sourire les Occidentaux mais Xi Jinping est en campagne. Une campagne aux caractéristiques chinoises bien sûr. A fleurets mouchetés. Sans challengers mais non sans challenges. Sans sondages mais non sans questionnements. Sans petites phrases mais non sans arrière-pensées. Sans candidats mais non sans ambitions. Avec de bien belles images néanmoins. Comme celles suscitées, lundi 13 septembre, par l’inspection de Xi Jinping dans le Shaanxi, cette province du nord de la Chine où Mao s’était réfugié une douzaine d’années à l’issue de la Longue Marche et où les parents de Xi se sont rencontrés en 1943. Xi visitant une usine chimique, Xi discutant avec des paysans, Xi se penchant sur une relique du maoïsme, Xi quittant un village à bord d’un simple minibus aux vitres fumées… Le message est clair : le grand leader est resté proche du petit peuple et fidèle à ses origines.

Au pouvoir depuis dix ans, Xi Jinping, âgé de 68 ans, aurait dû laisser la place, lors du XXcongrès du Parti communiste, qui se tiendra à l’automne 2022. Telle était la règle imposée par Deng Xiaoping en 1982. Mais Xi Jinping ayant obtenu en 2018 une modification de la Constitution lui permettant d’être président à vie, il est plus que vraisemblable qu’il cherchera à être reconduit dans ses fonctions. Lesquelles ? Et pour combien de temps ? Telles sont les deux principales questions.

Xi Jinping est secrétaire général du Parti communiste, président de la République et président de la Commission militaire centrale. Conservera-t-il ces trois postes ? Sera-t-il prêt à en abandonner un ? Souhaite-t-il au contraire rétablir – et occuper – la présidence du Parti, comme Mao ? Le Sphinx laisse planer le mystère. Peut-être en saurons-nous davantage en novembre. C’est dans deux mois que se tient le dernier plénum du Comité central du Parti, dernière grande réunion statutaire avant le congrès. On y parlera histoire du Parti, pensée de Xi Jinping mais aussi, en principe, composition du prochain bureau politique, puisqu’en 2022, près de la moitié de ses 25 membres auront atteint 68 ans, soit la limite d’âge. Partout en Chine, des milliers de quinquas et de quadras attendent ce renouvellement qui, par effet de cascade, a des répercussions sur de nombreux cadres du Parti. Mais, manifestement, Xi Jinping ne fera connaître ses choix qu’au dernier moment.

« Circulation duale » et « prospérité commune »

En revanche, une chose est sûre : loin de faire profil bas dans la dernière ligne droite, Xi Jinping a décidé d’accélérer le rythme des réformes. Celles-ci découlent de deux principes apparus en 2020 et plus liés entre eux qu’il y paraît : « la circulation duale », qui vise en fait à rendre la Chine économiquement moins dépendante de l’étranger, et notamment des Etats-Unis, et la « prospérité commune », dont l’objectif est de réduire les inégalités sociales en exigeant des plus riches – qu’il s’agisse des entreprises ou des individus – qu’ils redistribuent une partie de leur fortune.

Il vous reste 60.88% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Instagram

#LuBess