Il ne voulait pas déférer à la convocation du juge : Sonko a fini par tenir parole

Ousmane Sonko avait déclaré dès le départ qu’il n’allait pas répondre à la convocation du juge du 8ème cabinet, qu’il jugeait «non-indépendant». Avant-hier, des intercessions l’avaient ramené à de meilleurs sentiments. Mais par la force des choses hier, il n’a finalement pas honoré son rendez-vous. Il s’est retrouvé en garde à vue pour participation à une manifestation non autorisée et perturbation de l’ordre public. Il a été arrêté quand il se rendait au Tribunal.

Ousmane Sonko a été mis aux arrêts hier en début d’après-midi. Le député a été interpellé après que son convoi a refusé d’emprunter l’itinéraire choisi par le préfet. Il a été placé en garde à vue pour participation à une manifestation non autorisée et délit de perturbation de l’ordre public. Ousmane Sonko, qui se rendait au Tribunal de Dakar pour déférer à la convocation du juge du 8ème cabinet dans l’affaire l’opposant à la masseuse Adji Sarr, ne s’est pas fatigué à éviter des bains de foule.
En effet, le leader des Patriotes est sorti de son domicile de la cité Keur Gorgui à 8 heures 26 minutes. A cette heure de pointe, Dakar est bondée, surtout sur l’axe Foire et l’avenue Cheikh Anta Diop. Le convoi d’une dizaine de voitures accompagné par des motos s’est engouffré à Mermoz pour ressortir sur la Vdn. Sonko, comme dans un meeting politique, tout de blanc vêtu, se mettait à faire signe de la main aux passants. Le convoi a été arrêté juste après l’école supérieure Iam. Les Forces de l’ordre ont voulu dans un premier temps, restreindre le convoi à 5 voitures. Ce que les jeunes sur les motos n’ont pas voulu entendre. Une situation qui a poussé les Forces de l’ordre à user de gaz lacrymogènes pour maintenir l’ordre. La présence du Gign a été nécessaire pour trouver une solution.
Pendant ce temps, les usagers de la route devaient garder leur mal en patience avant de pouvoir vaquer à leurs occupations. Une fois un compromis trouvé, le convoi de Sonko, escorté par les Forces de l’ordre, a suivi la voiture du Gign. Cette dernière ayant emprunté la Corniche de Dakar, se verra abandonnée par le reste du convoi qui se dirigeait vers l’avenue Cheikh Anta Diop. Un renfort des Forces de l’ordre va obliger la voiture de Sonko à s’arrêter au rond-point. «Soit vous passez par la corniche ou bien vous rentrez chez vous», finira par indiquer le préfet de Dakar au leader de Pastef, à en croire la version de Mbaye Guèye, le chef du protocole de Sonko. Ce dernier aurait répondu : «Je ne fais qu’exécuter les ordres de mon patron. Il a décidé de passer par l’avenue Cheikh Anta Diop.» Des conciliabules entre le préfet et les avocats de Sonko n’ont pas permis de décanter la situation. Les conseils, qui ont annoncé l’arrestation de leur client, ont expliqué que Sonko est libre de choisir son chemin et que personne ne devait lui imposer un itinéraire. Mbaye Guèye, sur la Zik fm, a expliqué que «des nervis armés étaient sur la corniche. Donc, nous n’allons pas passer par là». Des membres de la sécurité du leader des Patriotes ont fini par être arrêtés sans opposer de résistance.
Ousmane Sonko, qui n’a pas cessé de dénoncer un «complot ourdi par Macky Sall» dans l’affaire l’opposant à Adji Sarr, ne s’est finalement pas rendu à la convocation du 8ème cabinet hier. Par la force des choses, il a fini par respecter sa parole lors de sa seconde sortie, dans cette affaire où il est accusé de viols et de menaces de mort.

via LeQuotidien

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess