Locales du 23 janvier 2022 : Date amère

Le parti de Me Abdoulaye Wade voit des «manœuvres politiciennes» de Macky Sall entre la décision de fixer la date des élections locales et le nouveau découpage administratif. Moundiaye Cissé de l’Ong 3D prévient que cette décision ne saurait être un prétexte pour reporter les élections législatives.

Par Babacar Guèye DIOP – Le Front de résistance nationale (Frn) ne s’est pas encore prononcé sur la décision du président de la République fixant la date des élections locales au 23 janvier 2022. Mais le Parti démocratique sénégalais, membre de cette plateforme de l’opposition, est loin d’être satisfait. «Nous déplorons le fait que le Président Macky Sall persiste dans sa gestion unilatérale du processus électoral qui devrait être concerté avec l’ensemble des acteurs politiques. Il est dans une logique de trouver un prétexte pour reporter les Législatives de 2022. Macky est tout le temps dans les manœuvres politiciennes et le dilatoire», a dénoncé Cheikh Dieng, chargé des Elections au Pds, joint hier. Pour le maire de Djidah Thiaroye Kao, le Président Sall n’est pas dans les dispositions d’organiser des élections transparentes. Ce sentiment est motivé par la «coïncidence troublante» entre la date des Locales et le nouveau découpage administratif. «Le Président avait depuis le lendemain des élections de 2014 pour organiser des concertations consensuelles sur le nouveau découpage. Il avait largement le temps pour faire ce découpage qui ne doit pas seulement être réservé à la région de Dakar», considère M. Dieng. Qui ajoute : «Avec le nouveau découpage électoral, les cartes d’électeur devront être rééditées pour les citoyens impactés avec tout ce que cela comporte comme lenteurs et pesanteurs. Macky s’est engagé dans un démantèlement des départements de Pikine, de Rufisque et même de Dakar. Il veut priver à ces gens le droit de vote. Est-ce qu’il y aura du temps pour leur permettre de changer d’adresse électorale ?»

Moundiaye Cissé : «Rien ne justifie que les Législatives soient reportées»
L’Ong 3D, elle, applaudit que la date des élections locales soit enfin connue. Moundiaye Cissé estime qu’il était important pour tous les acteurs de commencer à faire le décompte menant aux élections. «Le décret du président de la République est conforme à la loi. Maintenant, les acteurs peuvent commencer à se préparer. Il appartient au président de la République de convoquer le corps électoral, de fixer la date des élections. Cela relève du domaine réglementaire et un décret a été pris. Nous estimons que c’est bien», s’est-il félicité. En revanche, l’organisation des élections locales en janvier 2022 ne saurait être un prétexte pour reporter les Législatives prévues à la même année, anticipe Moundiaye Cissé. «C’est la raison pour laquelle nous voulions que les élections locales se tiennent en décembre. Rien ne justifie que les Législatives soient reportées. C’est au gouvernement de tout mettre en œuvre pour organiser ces deux types d’élections», invite Moundiaye Cissé qui est aussi membre de la Société civile présente au dialogue politique.
[email protected]

L’article Locales du 23 janvier 2022 : Date amère est apparu en premier sur Lequotidien – Journal d'information Générale.

via LeQuotidien

Total
0
Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous Post

Affaire Pape Ndiaye de Walf : La deuxième femme retire finalement sa plainte

Next Post

Pour aller débattre à Lomé, Ousmane Sonko demande l’autorisation du juge !

Related Posts