Manifestation étouffée de la société civile et de l’opposition : Thiat arrêté, Khalifa et Barth bloqués

Thiat du mouvement Y en a marre et plusieurs personnes ont été arrêtées, hier. Annoncée devant le ministère de l’Inté­rieur, la manifestation des mouvements citoyens et des partis de l’opposition n’a pas pu se tenir face à la détermination des forces de l’ordre. N’empê­che, les manifestants ont réussi à tenir tête à la force publique à Colobane pendant toute l’après-midi.

Y en a marre et Cie n’ont pas réussi leur plan. Ils voulaient manifester à la place Washington, siège du ministère de l’Intérieur mais ils sont tombés sur la résistance des forces de l’ordre. Plusieurs arrestations ont été notées, notamment celle de Thiat, et d’autres activistes. La foule qui s’est dirigée vers le centre-ville a été freinée par la Police, appuyée par des éléments de la gendarmerie, venue en fort avec de gros moyens. Les tirs de grenades lacrymogènes ont eu raison sur l’ardeur et la détermination des manifestants. Les leaders Khalifa Sall et Barthélémy Dias arriveront quand même à l’immeuble Kébé. Après plusieurs minutes de négociation avec le commissaire Faye du Groupement mobile d’intervention (Gmi), la voiture de Barthélémy Dias quitte les lieux en trombe, avec des gardes du corps accrochés au véhicule. «Je gère !», lancera l’un d’entre eux au commissaire, le sourire aux lèvres. Ils quittèrent un Sangada calme. Toutes les issues menant à ce lieu névralgique de la capitale ont été barricadées. Plusieurs pick-up avaient à leur bord des éléments civils, difficile de savoir si c’étaient des policiers en civil ou des nervis qui ont passé toute la soirée à faire la ronde.

Retour à la Section de recherches
Sur l’avenue Blaise Diagne, policiers et manifestants ont fait la «paix». Séparés par une sorte de no man’s land, à travers des barrières, les deux camps se regardent, après des heures de combat intense. Mais de loin, on entendait les détonations. Signe que la tension ne retombait pas à Dakar. L’électricité était toujours dans l’air. Les scènes de violence se sont multipliées en se ressemblant. La guérilla urbaine s’est poursuivie dans les rues de Dakar entre jeunes manifestants et forces de l’ordre tout au long de la journée. Ruelles bloquées par de grosses pierres, des kiosques d’Orange money, de troncs d’arbres, un feu allumé par ci, par là,  la même stratégie bien huilée a été déroulée ce vendredi par les protestataires.
Des allées du centenaire, à la Médina, en passant par l’Université Cheikh Anta Diop, le décor est presque identique. Aux alentours de la Section de recherches, où le député Ousmane Sonko est en garde à vue, les affrontements étaient beaucoup plus intenses. Le ciel de Colobane était couvert de fumée, associée à l’odeur âcre des lacrymogènes. Non loin, devant le siège de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao), l’armée veille au grain. Même constat au rond-point de la télévision nationale (Rts), une cible après l’attaque, la veille, des locaux de la Rfm.

via LeQuotidien

A lire aussi

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

#LuBess